Accueil > Sur la route de Madison

Critiques / Théâtre

Sur la route de Madison

par Marie-Laure Atinault

Une belle histoire d’amour pour un couple mythique.

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Francesca Johnson est une bonne mère de famille, une épouse accomplie. Elle a laissé loin derrière son Italie Natale pour suivre son mari. Elle est devenue Américaine. Sa vie, son horizon , son avenir c’est ce coin d’Amérique lové près de la Route de Madison. Mais elle s’ennuie un peu dans sa grande ferme. Lorsque Robert Kimcaid passe la porte de la ferme pour demander son chemin c’est une grande bouffée d’oxygène et d’aventure qui l’enveloppe. Kimcaid est un baroudeur qui traverse les Etats-Unis armé de ses appareils photo, traquant les lieux pittoresques pour le National Geographic. Pour Francesca, entendre parler d’autre chose que du prix du bétail et de concours agricoles la tire de sa léthargie domestique. Dans le Comté de Madison, il y a un vieux pont couvert, un rendez-vous pour les amoureux, où les cœurs se trouvent.

Le film éponyme de Clint Eastwood est plus connu en France que la nouvelle de Robert James Waller. Didier Caron et Dominique Deschamps ont adapté le livre et non le scénario. Mais on ne peut s’empêcher d’y faire référence, du moins au début. La tâche d’Anne Bourgeois n’était pas facile, et à plus d’un titre. Elle devait faire face à l’immense plateau du Théâtre Marigny. Il est vrai que la cuisine de Francesca semble surdimentionnée, la pauvre femme ne fait jamais de soufflé ! Le parti pris des décors de Nicolas Sire est de rester dans une convention théâtrale s’affirmant comme telle. Le travail d’Anne Bourgeois est de mettre l’humain à l’avant scène, de faire passer ce petit moment extraordinaire comme un éclair intime fulgurant qui est le coup de foudre entre deux êtres qui pensaient n’avoir plus rien à attendre de l’amour. Elle a su le capter et toucher au cœur le public. Anne Bourgeois est une dompteuse de stars.


Au diable les grincheux : un Seigneur et une Lady, un plaisir qui ne se boude pas !

Mireille Darc compose une Francesca pudique et émouvante. Elle fait passer toute la délicatesse de cette femme, et son sacrifice. Quel plaisir de revoir Benoist Brione qui assume le rôle du mari, de cet empêcheur de s’aimer, un rôle ingrat somme toute qu’il tire vers le haut

Puisque Alain Delon est à l’affiche, il y aura forcément des critiques négatives. En France, il est de bon ton de critiquer les stars populaires. Alain Delon est un Seigneur qui a le sens charismatique de la scène et Mireille Darc est une grande Dame. Que les grincheux aillent ailleurs. Nous avons goûté notre plaisir, voir Mireille Darc et Alain Delon est un événement. Ils dégagent tellement d’amour et de tendresse qu’ils iradient. Dans la scène du Drugstore où Francesca choisit la voie du devoir alors que Kimcaid venait la chercher, tout se passe par des regards, la scène est émouvante, et ils sont sublimes. Le public payant lui applaudit debout et en redemande.


"Sur la route de Madison", Adaptée du roman de Robert James Waller par Didier Caron et Dominique Deschamps. Mise en scène : Anne Bourgeois. Avec Alain Delon, Mireille Darc, Benoîst Brione.
Théâtre Marigny – Loc : 0892 222 333

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.