Accueil > Un temps de chien de Brigitte Buc

Critiques / Comédie & Humour

Un temps de chien de Brigitte Buc

par Marie-Laure Atinault

Valérie Lemercier, pour son retour très attendue sur les planches, est une femme au bord de la crise de nerfs !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pauvre Gabrielle (Pascale Arbillot) ! L’humanité entière est contre elle. Sans travail, sans famille, sans amis, sans amoureux depuis hier. C’est pour cela qu’elle est là, en ce matin pluvieux, dans l’arrière salle du bistro où s’est déroulé la funeste soirée. Le serveur est un atrabilaire de haute volée. Il est le type même du serveur qui estime que les clients ne sont là que pour l’embêter avec leur commande. Mais en plus, lorsque ses clients sont des clientes, sa mauvaise humeur naturelle est décuplée. Il considère la jolie Gabrielle comme un chien mouillé. Alors que la pauvre délaissée tente un exercice d’invisibilité, le serveur installe deux femmes avec elle, sur une table minuscule. Le bistro est saturé par des clients fuyant la pluie. Les nouvelles venues parlent, parlent, l’une a besoin d’un café avant une réunion très importante (Valérie Lemercier), l’autre est vendeuse de lingerie (Mélanie Bernier). Ce ne sont pas à-priori des amies, ni des copines mais de bonnes relations. Les trois femmes s’épient comme des intruses. Puis de malentendu en quiproquo, de malaise en syncope, de fou rire en pleurs, le trio se livre à des confessions intimes, à des confidences libératrices. Entre rire et gravité, l’arrière salle du bistro est devenue l’antichambre d’une nouvelle vie. Après l’absorption des nourritures terrestres du terroir et avoir tutoyer l’esprit des anges, les trois femmes baissent la garde de leur défense.

Brigitte Buc a écrit une jolie comédie sur ces rencontres impromptues qui aident parfois à regarder en face nos petits tracas. Elles offrent à ses comédiennes de beaux rôles même si ils sont un peu stéréotypés : la vendeuse de lingerie gouailleuse qui n’a pas froid aux yeux, la working girl bourgeoise accomplie, l’intellectuelle larguée. Le serveur du bistro est quant à lui un misogyne hors pair. Mais chaque personnage a sa part d’ombre, son petit secret, et ils se cachent tous derrière les accessoires de leur fonction. La direction d’acteur de Jean Bouchaud permet d’éviter les écueils de la caricature. Chaque personnage à sa vie, sa logique, son langage. Mais surtout chaque personnage a rencontré son interprète. Pour une fois honneur à la minorité visible de la pièce : l’homme interprété par Patrick Catalifo. Un homme rugueux qui offre au monde sa mauvaise humeur, car il souffre. La vendeuse de lingerie est jouée par Mélanie Bernier. Elle apporte son bon sens populaire, drôle et futée. Elle est l’élément comique du trio. Pascale Arbillot est Gabrielle l’abandonnée qui pleure des rivières. Cette délicate comédienne est craquante par son émotion et l’on est prêt à la consoler tant sa peine est poignante. Il y a du Galimero en elle ! Hélène, la working girl est notre Valérie Lemercier. Élégante à toute heure, efficace, elle est le roc de sa famille, mais Hélène n’en peut plus. Valérie Lemercier incarne cette femme au bord de la crise de nerf avec une familiarité étonnante. Mais quand ce roc se disloque, elle est à la fois hilarante et touchante.

La météo au théâtre Montparnasse annonce Un temps de chien, il tombera, non pas des hallebardes, mais des rafales de rire. Il est prudent de réserver sa table dans l’arrière salle du bistro des cœurs en bandoulière, vous ressortirez ragaillardi !

Un temps de chien une comédie de Brigitte Buc. Mise en scène de Jean Bouchaud. Avec Valérie Lemercier, Pascale Arbillot, Patrick Catalifo, Mélanie Bernier. Théâtre Montparnasse - Tél : 01 43 22 77 74

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.