Accueil > Fermeture définitive

Critiques / Théâtre

Fermeture définitive

par Marie-Laure Atinault

Drôle d’endroit pour une rencontre

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a des endroits plus afriolants pour passer sa nuit de Saint Sylvestre qu’une entreprise de pompes funèbres. Sauf si l’on est ... croque mort ! André s’apprêtait à fermer boutique lorsqu’un client se réveille d’entre les morts et sort de son cercueil. Didier ne comprend pas ce qui lui arrive. Il ne savait pas qu’il était mort ! André incrédule, va passer un réveillon inattendu qui va bouleverser son avenir.

De nouveaux auteurs

Benjamin Bellecour et Pierre-Antoine Durand ont travaillé sur un film documentaire sur les professions du funéraire. Ils ont découvert un univers où la gravité côtoie l’absurdité et l’humour. Ils ont écrit à quatre mains un texte possédant différents niveaux de lecture, avec des chausse-trappes pour le rationnel, des fausses pistes. Le ton fait penser au théâtre anglo-saxon. Leurs personnages sont à la lisière du loufoque retenu. André, le croque-mort est un homme sérieux et loin des stéréotypes du genre. Il considère cette péripétie professionnelle avec un sang-froid admirable. Il n’avait pas envisagé un réveillon avec un mort-vivant. En tout cas, Didier, inventeur de farces et attrapes considère sa mort comme une farce propre à lui faire aimer la vie. Et ce n’est pas le flic bizarre et dépressif qui va aider, ni le croque-mort, ni le mort qui ne veut pas être croqué.

Si la mort est éternelle, les auteurs ont compris que le pire trépas au théâtre est l’ennui, car mourir d’ennui en regardant sa montre vaut un enfer. Ici le spectacle est bien dosé puisque nous avons le sentiment qu’il n’est ni trop long, ni trop court. Leur sens du dialogue et de la fantaisie offre à Roland Marchisio, croque-mort plus vrai que nature et à Christian Pereira, véritable cascadeur du cercueil, des échanges drôlement décalés. Leur duo fonctionne à merveille. Stephan Meldegg a fait du sur mesure, nous égarant, nous laissant le choix de l’interprétation de cette Fermeture définitive qui est un joli moment de théâtre.

Fermeture définitive, comédie de Benjamin Bellecour, mise en scène Stephan Meldegg, avec Roland Marchisio, Christian Pereira, César Méric, au Théâtre La Bruyère, Paris 9, Tél. 01 48 74 76 99.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.