Accueil > Wilde-Chopin

Critiques / Musical

Wilde-Chopin

par Gilles Costaz

Une lecture musicale de De Profundis

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a des acteurs qui ont dans leur poche un spectacle qui est leur pièce fétiche et qu’ils sont prêts à reprendre à tout moment. Pour Michel Voletti, comédien qui a beaucoup travaillé aux Etats-Unis mais qui est très européen dans l’âme, le trésor de poche, c’est Wilde-Chopin qui n’est pas tout à fait de poche parce que cette « lecture musicale » se joue en compagnie d’un pianiste et donc d’un piano. Cela ne peut pas être donné sur un coin de table ! Après une série de représentations sur la prestigieuse scène du Ranelagh, le spectacle effectue une petite tournée : c’est l’une des meilleures façons de connaître l’Oscar Wilde prisonnier, condamné aux travaux forcés pour homosexualité en 1895. De Profundis, comme le savent les lecteurs du poète irlandais, est une longue lettre adressée à l’amant – une vraie crapule dont le père ne valait guère mieux, puisqu’ils persécutèrent Wilde, le firent chanter et enfermer. Le texte en appelle à l’amour, à la compréhension. Wilde s’y justifie et se réfère sans cesse à son idée de l’Art ; on n’a pas compris sa noblesse d’attitude et dans l’écriture et dans sa vie privée. Ce plaidoyer est magnifique mais il ne changera pas le destin. Wilde, une fois libéré et en exil à Paris, mourra pauvre, âgé de 46 ans.
A la différence des comédiens qui ont déjà interprété ce grand texte, Michel Voletti ne le joue pas. Il en fait une lecture, sensible, ouverte à l’émotion, mais jamais dans l’incarnation entière du personnage de Wilde. Tout est dans le feutré de la parole et les répons de la musique – de Chopin avant tout, mais d’autres compositeurs également. En compagnie d’un excellent diseur, Voletti, et d’un excellent pianiste, Mickaël Lipari-Meyer, l’on est dans une forme de théâtre intériorisé, de visite délicate d’un passé qui vient à nous sans effets et nous touche en plein cœur.

Wilde-Chopin, Schubert, Schumann, Ravel, Bach… Lecture musicale de De Profundis de Wilde, direction musicale et interprétation au piano de Mickaël Lipari-Mayer, avec la complicité de Pascal Amoyel, avec Michel Voletti.

Après les représentations au Ranelagh, en tournée :
. jeudi 16/01/2020 : Cesson (35)
. vendredi 24/01/2020 : Marseille (13)
. vendredi 7/02/2020 : Lille (59)
. samedi 29/02/2020 : Nancy (54)
. lundi 9/03/2020 : Strasbourg (67)
. jeudi 19/03/2020 : St Etienne (42)
. mercredi 25/03/2020 : Nice (06)
. vendredi 3/04/2020 : Angers (49)

Photo Philippe Escalier.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.