Accueil > Tant qu’il y aura des coquelicots... de Cliff Paillé

Critiques / Théâtre

Tant qu’il y aura des coquelicots... de Cliff Paillé

par Gilles Costaz

L’enfant et la lecture

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Paris, après Avignon où lui et sa compagnie Hé ! Psst ! basée à Pau ont déjà beaucoup joué, découvre Cliff Paillé. Sa pièce Madame van Gogh est jouée au Studio Hébertot (voir notre critique mise en ligne le 16 octobre). Il joue lui-même à l’Essaïon un autre texte, Tant qu’il y aura des coquelicots… Le titre est symbolique et ne fait pas allusion au mouvement actuel (si nécessaire !) pour la renaissance de ces fleurs qui ont largement disparu. Dans le texte de Paillé, un coquelicot est un miracle de beauté quand il apparaît dans l’or d’un champ de blé. L’image traduit ici la transformation d’un enfant qui, de rustre, devient éclairé et profond. Le spectacle se passe dans une classe et dans tous les lieux où un enfant peut dialoguer avec lui-même et son professeure. Il n’aime pas les livres, a du mal à les lire. Avec l’aide douce et savante de cette femme, il brise cette difficulté et entre dans la complexité de l’écriture des grands auteurs.
Bien entendu, on pense à Daniel Pennac qui, lui, donne le goût de lire en rappelant qu’il était le plus mauvais des élèves. Cliff Paillé part d’une autre expérience biographique, dans un monde qu’on devine moins citadin et où domine le personnage très aimé de la grand-mère. L’aïeule qui prend sous son aile de lectrice l’enfant blessé et l’enseignante qui ouvre délicatement de nouvelles pistes, tels sont les deux guides dans ce cheminement qui n’est jamais mièvre et qui est une maïeutique concrète, chaleureuse et partageuse. Pauline Phélix incarne la maîtresse d’école en trouvant avec justesse la distance qui reste tendre et aimante. Cliff Paillé joue le gamin rugueux et bon comme le pain, ave une vitalité gourmande. Dans ce plaidoyer pour la lecture et son apprentissage jusqu’à l’amour de tout grand texte, clair ou obscur, il y a autant de simplicité que de noblesse.

Tant qu’il y aura des coquelicots… de Cliff Paillé, mise en scène de Cliff Paillé, avec Cliff Paillé et Pauline Phélix.

Essaïon, 19 h 30 les jeudi, vendredi et samedi, tél. : 01 42 78 46 42, jusqu’au 22 novembre. (Durée : 1 h 25).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.