Accueil > Palace de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio

Critiques / Théâtre

Palace de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio

par Gilles Costaz

Le monde imbécile des riches

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un phénomène collectif peut-il devenir un phénomène de théâtre, c’est-à-dire passer de plusieurs millions de téléspectateurs à quelques milliers d’amateurs confronté à une transposition plus charnelle et moins copieuse dans le cadre d’une boîte à spectacles ? Palace fut l’un des grands chocs des années 88 et suivantes. Jean-Michel Ribes et ses acolytes, Topor, Gébé, Rollin, Wollinski, Gourio, mirent le feu aux poudres sur Antenne 2 et Canal Plus. Du jamais vu à la télévision : de l’humour absurde reconditionné par la provocation et le mauvais goût. Nous sommes dans un établissement de très grand standing. Le directeur est prétentieux et servile, le personnel idiot, les clients imbéciles et insupportables. Lady Palace (alors jouée par Valérie Lemercier) proclame des insanités. Philippe Khorsand, Claude Piéplu, Jean Carmet, François Morel, Jacqueline Maillan, Ronny Coutteure et Marcel Philippot sont aux avant-postes ; ils ont tous à dire des vérités d’une énorme futilité. De quoi faire chuter l’image du luxe qui fascine et endort les petites gens fauchées. La série marche aussitôt ! A la surprise des directeurs de chaînes de télévision, mais pas à celle du producteur principal, Christian Fechner, Palace conquiert un public considérable et ses épisodes sont aussi diffusés dans de nombreux pays.
Longtemps après, beaucoup de ces reines et de ces rois du jeu comique ont disparu. Comment transposer ce colossal matériau à la scène ? Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio s’y sont attelés. Ils ont gardé des scènes et des répliques « culte » et mêlé l’ancien et le nouveau, les dialogues d’autrefois et des trouvailles d’aujourd’hui. Le décor à transformations de Patrick Dutertre alterne de hauts escaliers, des salles à manger intimes, des halls et des chambres. Et c’est parti pour des scènes de plaintes joliment dérisoires, des affirmations hautement stupides, des débats follement loufoques, entrecoupés par des ballets portés par le refrain « Ca, c’est Palace ! » chanté à pleins poumons. Est-ce vraiment Palace ? Tout y est, depuis les grooms en costumes bicolores jusqu’aux tenues pompeuses des femmes du monde. Il y a là des comédiens aguerris qui n’ont rien perdu de leur talent : Philippe Magnan, Christian Pereira, Philippe Vieux. Et des générations plus rapprochées, qui ont du punch à revendre : Joséphine de Veaux, Eric Verdin, Karina Marimon, Salomé Diénis Meulien, Alexies Ribes, Salim Bagayako… Donc on rit souvent, tandis que le dynamisme collectif vous arrache souvent au confort de votre siège. Mais la moquerie politique semble moins forte – le drame des migrants dont il est question a changé notre sens du rire. Et puis, Palace, c’était un rendez-vous renouvelé de semaine en semaine, où l’on attendait ses acteurs préférés. En une soirée de théâtre, ces nouveaux comédiens n’ont pas le temps de devenir de vieux amis qu’on attend à chaque épisode. La mise en scène de Jean-Michel Ribes joue la parodie de la revue de music-hall et le fait très bien. On rit beaucoup, mais, sans doute, faut-il donner une nouvelle dimension à cette célébration maligne du mauvais goût, en un temps où les phénomènes des migrants (entre autres) nous coupent régulièrement l’appétit. Mais les amateurs d’antan sauront aimer ce plaisant rebond des années François Mitterrand-Michel Sardou..

Palace de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio, mise en scène de Jean-Michel Ribes, décors et costumes de Patrick Dutertre, musique de Germinal Tenas, arrangements de Gilles Tinayre, chorégraphie de Stéphane Jarny, costumes de Juliette Chanaud, lumières de Laurent Béal, assistanat de Virginie Ferrère, avec Salim Bagayoko, Joséphine de Meaux, Salomé Diénis-Meulien, Mikaël Halimi, Magali Lange, Jocelyn Laurent, Philippe Magnan, Karina Marimon, Gwendal Marimoutou, Coline Omasson, Thibaut Orsoni, Simon Parmentier, Christian Pereira, Alexies Ribes, Rodolphe Sand, Emmanuelle Seguin, Anne-Elodie Sorlin, Alexandra Trovato, Eric Verdin, Philippe Vieux.

Théâtre de Paris, tél. : 01 48 74 25 37. (Durée : 1 h 50). Texte aux éditions Actes Sud.

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.