Mort de Joaquim Benite

L’un des maîtres du théâtre portugais

Mort de Joaquim Benite

Webthea a souvent rendu compte du Festival d’Almada, qui se tient chaque été à côté de Lisbonne, sur l’autre rive du Tage. Son directeur, Joaquim Benite, qui était aussi le directeur du théâtre d’Almada, vient de s’éteindre, âgé de 69 ans. C’était l’un des tout premiers metteurs en scène portugais. Issu de la fameuse « révolution des œillets », proche du parti communiste, Benite, qui avait commencé comme journaliste, aimait le théâtre engagé, le théâtre qui prend parti et critique les travers de la société. Il adorait Brecht dont, il y a peu de temps, en 2010, il montait encore La Mère. Mais il s’intéressait à tous les répertoires, passant de Shakespeare à Saramago, de Molière à Beckett et à Rodrigo. La mort l’a frappé alors qu’il terminait une mise en scène de Timon d’Athènes, qui sera donnée à Almada en janvier. Il s’était donné comme mission de défendre les artistes et les auteurs portugais, il accueillait Luis Miguel Cintra et Jorge Silva Melo, et il faisait connaître les sphères lusophone et hispanique chères à son public. Il n’en était pas moins un grand passionné de la France, qui l’avait nommé Officier des Arts et Lettres, et de la culture française. Il avait à cœur de présenter de grandes productions françaises et même des spectacles plus modestes, comme que faire ? Le retour de Benoît Lambert avec François Chattot, qui décrocha le prix du public au festival 2011 et fit l’effet d’une petite bombe le long du Tage. Il savait tout des artistes et des auteurs français, invita plusieurs fois Bernard Sobel à monter des pièces en langue portugaise et convia Alain Ollivier à mettre en scène Le Marin de Pessoa. Dialecticien courtois mais redoutable, hôte souriant et bienveillant, fumeur impénitent, il donnait aux œuvres leur profondeur et leur énergie, en les plaçant dans un débat continu sur l’impérieux devoir de changer non l’homme mais la communauté des hommes. Ceux qui ont fréquenté le théâtre et le festival d’Almada auront, comme nous, une pensée très émue pour l’épouse de Benite, Teresa Gafeira, grande actrice, et sa fille Sonia.

A propos de l'auteur
Gilles Costaz
Gilles Costaz

Journaliste et auteur de théâtre, longtemps président du Syndicat de la critique, il a collaboré à de nombreux journaux, des « Echos » à « Paris-Match ». Il participe à l’émission de Jérôme Garcin « Le Masque et la Plume » sur France-Inter depuis un quart...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook