Accueil > La mort de Jean-Luc Seigle

Actualités / Actu

La mort de Jean-Luc Seigle

par Gilles Costaz

L’homme qui fit parler Dorothy Parker et Mary Marquet

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’écrivain Jean-Luc Seigle vient de mourir, à 64 ans, d’un arrêt cardiaque. Bien qu’il ait beaucoup écrit pour la télévision, le cinéma et le théâtre, c’était d’abord un romancier dont certains livres, En vieillissant les hommes pleurent (prix RTL-Lire, 2012), Je vous écris dans le noir (prix des lectrices de Elle, 2015), Femme à la mobylette (2017), ont connu un réel retentissement. Son éditeur chez Flammarion, Patrice Hoffmann, a salué l’auteur d’ « une œuvre forte qui a séduit de nombreux lecteurs en cherchant à s’approcher au plus près de la vérité et de la grandeur des marginaux, des laissés-pour-compte et des victimes de l’Histoire ». 
Au théâtre, il avait donné une œuvre marquante, en 2016, au Lucernaire, Dorothy Parker ou Excusez-moi pour la poussière. Il imaginait les propos, les confidences de la grande chroniqueuse et nouvelliste américaine, scénariste aussi de grands films (Une étoile est née), qui, brisant le maquillage mondain, évoquait sa solitude, ses échecs et défendait les minorités raciales. Admirablement mis en scène par Arnaud Solignac et subtilement joué par Natalia Dontcheva, le spectacle était d’une rare qualité d’écriture et de jeu.
Seigle semble n’avoir pu terminer le roman auquel il travaillait. Mais il avait achevé une pièce, La Leçon de tragédie, qu’il avait commencé à faire lire. Des proches comme l’essayiste et metteur en scène Roger Bensky avaient été frappés par la puissance de l’œuvre. Elle met face à face la comédienne Mary Marquet et une jeune inconnue qui vient la voir, en 1945. Cette jeune femme ne révèle pas tout de suite son histoire ; elle a été l’amie du fils de Mary Marquet, elle sait tout : que Mary Marquet a été une effroyable collaboratrice des nazis et que son fils, François, résistant, est mort au camp de Buchenwald. Les deux femmes s’affrontent, au plus haut de la tragédie. Qui pourra donner vie à cette pièce ? La créer est un acte de justice que l’on doit à Jean-Luc Seigle.

Photo Babelio.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.