Accueil > La grande musique de Stéphane Guérin

Critiques / Festival / Théâtre

La grande musique de Stéphane Guérin

par Brigitte Coutin

Une enquête sur les secrets de famille

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La pièce se déroule sur une longue période allant de 1943 à nos jours. On suit l’histoire des personnages à différentes époques de leur vie.
Nous faisons d’abord connaissance avec Marcel Vasseur (Brice Hillairet), un jeune musicien déporté dans le camp nazi de Mauthausen où il doit jouer dans l’orchestre du bordel du camp. Vêtu d’une tenue dépenaillée, il apparaît à plusieurs reprises dans la pièce pour dévoiler la tragédie fondatrice des traumas de sa famille. Aussitôt la pièce enchaîne la fête du mariage d’Esther (Hélène Deguy) qui se déroule de nos jours. Nous y faisons connaissance avec le frère, Hervé (Pierre Hélie), le père, Georges (Bernard Malaka) et la mère, Nelly (Raphaëline Goupileau). Un peu plus tard, Esther, invitée dans une émission littéraire à la télévision s’effondre. Pour quelle raison les jambes d’Esther ont-elles cessé de la porter ? En s’appuyant sur la psycho-généalogie, une pratique clinique développée dans les années 1970 par Anne Ancelin Schützenberger selon laquelle les événements, les secrets, les traumatismes vécus par les ascendants d’un individu conditionnent ses troubles psychologiques, ses faiblesses constitutionnelles, Esther entreprend une enquête sur l’histoire de sa famille.

La composition de la pièce se fonde sur des allers-retours entre passé et présent, nous faisant ainsi découvrir les quatre générations de cette famille avec les tragédies, les traumatismes et les conséquences du secret concernant la vie de l’arrière-grand-mère. Le passage d’une époque à l’autre est très lisible, assuré par le choix des costumes. Les personnages sont dotés de personnalité très dessinée. On ne peut que saluer l’excellent jeu des comédiens. Chacun endosse des rôles différents sur un rythme soutenu et le ton est toujours juste.
Certes le sujet abordé par Stéphane Guérin est difficile puisqu’il rappelle les horreurs des camps d’extermination et les conséquences sur les descendants mais l’alternance de scènes à différentes époques donnent de la vivacité à une histoire captivante. La mise en scène de Salomé Villiers est efficace et met en lumière la complexité du récit et les qualités des comédiens émouvants et drôles.

La Grande Musique de Stéphane Guérin. Mise en scène de Salomé Villiers avec Héléne Degy, Raphaëlline Goupilleau, Pierre Hélie, Brice Hillairet, Etienne Launay et Bernard Malaka ; collaboration artistique, Frédéric de Brabant ; musique originale, Raphaël Sanchez ; scénographie, Georges Vauraz ; lumière, Denis Koransky ; régie, Mathilde Monier ; Assistant à la mise en scène ; Pablo Haziza.
Avignon, Théâtre Buffon, 1 rue Séverine, 84000 Avignon à 19h40 jusqu’au 31 juillet. Durée 1h35

La pièce est éditée à L’Avant-Scène théâtre.
Photo Cédric Vasnier© Prismo Production

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.