Accueil > Aïe un poète ! d’après Jean-Pierre Siméon et divers auteurs

Critiques / Théâtre

Aïe un poète ! d’après Jean-Pierre Siméon et divers auteurs

par Gilles Costaz

Beauté du vers et du geste

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Faut-il apprivoiser le genre de la poésie au théâtre ou les spectateurs réticents au chant littéraire ? Le récital poétique fait souvent peur, même à ceux qui le pratiquent. Pour affronter l’obstacle et non pas le contourner, Anne Rebeschini emploie le mot « performance » et se lance dans le lancer de poèmes comme une danseuse en collant noir (c’est en réalité un costume plus élaboré, qui se transformera quelque peu) et avec des gestes qui passent des brassages flous de l’échauffement au dessin de corolles corporelles. Les textes qui se succèdent dans Aîe un poète ! ont été choisis à partir de la récollection effectuée par Jean-Pierre Siméon et de sa manière de guider le lecteur. Siméon dit, d’ailleurs, que cette adresse est une « lettre intime à un correspondant que la poésie intimide ». Premier dire : Je suis une personne équilibrée de Christophe Tarkos (dont on entendra plus tard le féroce Bonhomme de merde). Dernier envoi : Enivrez-vous de Baudelaire.
Poésie pure et poésie impure au programme. Ce qui veut qu’il n’y a pas seulement du lyrisme mais une bonne dose d’humour, de satire, de jeu de contraires et même de violence. Anne Rebeschini est une ambassadrice douce et pourtant puissante du verbe poétique. Sa sincérité n’est qu’un de ses atouts. Elle semble prendre les textes comme on cueille une fleur puis elle en donne le cheminement savant ou la directe sauvagerie. Elle a la grâce d’une porteuse de flamme aux temps anciens. Aïe, une actrice poète !

Aïe un poète ! d’après Jean-Pierre Siméon et les « poètes d’hier et d’aujourd’hui » : Baglin, Baudelaire, Cosem, Desnos, La Fontaine, Lamartine, Luca, Lao Tseu, Maiakovski, Nadaus, Nasreen, Padellec, Prévert, Tarkos, Villon. Performance d’Anne Rebeschini. Collaboration artistique Grégory Bourut, lumières Amandine Gérome, costume Olivier Mulin, univers sonore Iván Solano, photo Jean-Pierre Montagné et la voix de la poétesse Maram al Masri.

Festival d’Avignon off : Théâtre du Rempart, 14 h 30,tél. : 04 90 85 37 48 et 09 81 00 37 48, jusqu’au 27 juillet. (Durée : 1 h 05).

Photo Pascal Gély.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.