Accueil > Théâtre en mai à Dijon

Actualités / Festival / Théâtre

Théâtre en mai à Dijon

par Jean Chollet

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour sa vingt – septième édition, ce rendez - vous initié par le Centre dramatique national Dijon – Bourgogne, dirigé par Benoît Lambert depuis 2013 avec la collaboration de sa conseillère artistique Sophie Chesne, reste fidèle à sa vocation originelle, faite d’invitations à la découverte de jeunes créateurs engagés dans des interrogations sociétales, politiques ou culturelles sur l’histoire et le monde contemporain. Treize spectacles seront proposés du 20 au 29 mai, au Théâtre du Parvis Saint Jean et dans d’autres lieux partenaires. Marraine de cette nouvelle édition, la grande chorégraphe Maguy Marin ouvrira le bal avec BIT farandole festive, ronde rebelle ou danse macabre à l’unisson avec les percussions d’une musique "électro”. Jeune metteuse en scène en pleine ascension, Maëlle Poésy, interroge la démocratie à travers sa création pluridisciplinaire Ceux qui errent ne se trompent pas , avant sa reprise au Festival d’Avignon. Le groupe israélien Winter Family, associe dans No World/FPLL , performances et images en reflets du monde, la Compagnie du Dernier Soir porte un regard documentaire sur celui que nous portons en France sur une femme voilée, avec Ce qui nous regarde de Myriam Marzouki, La Compagnie La Brèche, s’inspire de la pièce de Lars Noren, sur l’enfer du couple Démons , L’Armoise commune, se plonge dans un monastère médiéval pour interroger les vocations qu’elles soient religieuses ou artistiques, d’après Hermann Hesse, avec Narcisse et Goldmund . Le Collectif OS’O s’inspire de Shakespeare et de l’anthropologue David Graeber pour Timon/Titus  ; la Compagnie L’In-quarto puise très librement dans La Maman et la Putain de Jean Eustache, pour Nos Serments ; La Chair du monde, interroge l’héritage et la transmission dans cette création écrite et mise en scène par Charlotte Lagrange, Les Suivants ; l’ Argentin Gabriel Chamé Buendia revisite Shakespeare sur le mode burlesque qui à fait sa réputation avec Othelo, La Compagnie The Party, adapte pour la première le second roman de Julien Gracq Un beau ténébreux sur fond de rythmes rock, et le Groupe La Galerie convoque David Bowie et Charles Bukowski pour un voyage déjanté avec Vivipare (Postume) – Brève Histoire de l’humanité. Une diversité à même de susciter beaucoup de curiosité, assortie de différents rendez – vous et rencontres, au cœur d’une manifestation qui se veut également festive.

Renseignements/ Réservations www.tdb.com Tel 03 80 30 12 12

Photo © Christian Ganet

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.