Accueil > On n’est pas que des valises d’Hélène Desplanques

Critiques / Théâtre

On n’est pas que des valises d’Hélène Desplanques

par Corinne Denailles

L’épopée des ouvrières de l’usine Samsonite

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Réalisatrice de documentaire, Hélène Desplanques est allée en 2007 à la rencontre des salariés de Samsonite qui occupaient leur usine à Hénin-Beaumont. De là est né un compagnonnage au long cours. En 2010, elle a réalisé un film documentaire sur le combat judiciaire des ouvrières (Liquidation Totale). En 2014, elle leur propose de donner un nouveau souffle à leur lutte en montant sur les planches. Pour ce faire, elle fait appel au metteur en scène Marie Liagre.

Du théâtre documentaire engagé, militant, du théâtre tout court qui met en scène avec talent quatre comédiens et sept ouvrières. Dans une succession de saynètes, se déploie l’histoire scandaleuse d’un licenciement abusif de 200 salariés et surtout l’épopée juridique qui s’est ensuivie, menée par une poignée de femmes décidées à aller jusqu’au bout, assistées par un avocat battant, spécialisé dans la défense des victimes du système. Il poursuivra le principal coupable, qui n’était autre que Mit Romney, candidat aux élections présidentielles et qui s’est trouvé bien embarrassé par ce dossier. Président d’un fonds d’investissement qui rachète des industries en faillite pour une bouchée de pain et les revend pour une fortune dont une partie passe dans la poche des actionnaires, il a racheté l’usine en faillite en 2007 pour la revendre immédiatement à une société censée installer des panneaux solaires et surtout ne pas licencier le personnel. Les panneaux solaires n’ont jamais vu le jour et les licenciements ont bien eu lieu pendant que les actionnaires du fonds américain s’en mettaient plein les poches. Le procès conduit aux Etats-Unis a fini par être prescrit (ça tombait bien pour Romney) mais il est reconduit au Royaume-Uni et l’affaire est toujours en cours.

Le sujet est traité avec beaucoup d’humour et une rage positive, tonique qui raconte bien la détermination de ces femmes qui de victimes sont devenues actrices de leur destin, de véritables héroïnes. Les images d’archives associées aux scènes vivantes et souvent drôles restituent toute l’épaisseur de la réalité par le truchement du théâtre. Ces femmes, qu’on a pu entrevoir à la télévision entre la poire et le fromage sans y prêter vraiment attention dans le flux continu des informations déversées, acquièrent tout à coup un statut d’êtres de chair et de sang qui pensent, souffrent, se battent, rient, pleurent et nous touchent infiniment par les vertus d’un théâtre généreux devenu arme de combat, qui a tourné ses projecteurs sur cette histoire qui en raconte mille autres du même tonneau.

On n’est pas que des valises, texte Hélène Desplanques ; mise en scène Marie Liagre
 ; avec Marie-Jo Billet, Isabelle Blondel, Raymonde Dernoncourt,
François Godart / Bruno Buffoli (en alternance), Paulette Hermignies, Renée Marlière, Brigitte Petit, Josiane Romain, Annie Vandesavel, Ghazal Zati
et Marion Gasser / Adèle Lesage (en alternance)
avec la participation d’Azzedine Benamara
 ; musique Maxence Vandevelde
.
Le spectacle s’est joué au Festival d’Avignon et à la Maison des métallos à Paris.
Il sera le 24 janvier 2019 à Amiens (80) - Centre culturel Jacques Tati.

© Marie-Lyse Grémillet

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.