Accueil > Macbeth (The notes) d’après Macbeth de Shakespeare

Critiques / Théâtre

Macbeth (The notes) d’après Macbeth de Shakespeare

par Dominique Darzacq

Jouer avec Shakespeare et le théâtre

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Lorsqu’il est arrivé en France, il y a une quinzaine d’années, le metteur en scène britannique Dan Jemmett avouait volontiers se sentir plus à l’aise avec Shakespeare depuis qu’il avait quitté son île. Comme si la distance géographique, mais surtout linguistique, le rendait moins intimidant : « La force poétique me manque, mais en même temps je me sens moins coupable de couper telle ou telle phrase, je peux être plus ludique » disait-il. Depuis il ne cesse, avec plus ou moins de bonheur, de prendre des libertés avec Shakespeare, de Shake d’après La Nuit des rois à Hamlet qu’il met dans un pub pour la Comédie-Française, en passant par La Comédie des erreurs , Les trois Richard d’après Richard III et surtout Presque Hamlet introspection ludique et déclaration d’amour à l’ œuvre la plus jouée et commentée, concoctée avec le comédien Gilles Privat. A sa façon, Macbeth (The notes) adapté d’après la traduction de Jean-Michel Déprats en complicité avec David Ayala peut faire figure de récidive.

Voyage au centre de l’oeuvre

En scène juste une petite table, une chaise, deux bouteilles d’eau. Y arrive comme on déboule, le metteur en scène. Manuscrit en main, il explique à son équipe artistique censée être dans la salle, ce qui cloche encore à huit jours de la première et après avoir assisté à une avant-première publique. Ce qu’on appelle au théâtre « donner ses notes ». Tour à tour crispé, agacé, taquin, impatient, bienveillant, il interpelle vertement les acteurs qui, en scène, somnolent quand ils ne jouent pas, gourmande le comédien qui ne porte pas sa voix et lui suggère de prendre des infusions de thym, félicite Reiner, son créateur vidéo, complimente et fustige tout à la fois Jean-Marc qui joue Macbeth « Non, non, il n’a pas pensé ce matin en se rasant je peux faire le job ». Allant, venant, s’égarant dans ses notes et ses propos, il explique, commente, défend son point de vue en faveur d’un « théâtre de la distorsion, de la transgression », et au passage appelle à la rescousse, Herbert Marcuse, Georges Bataille, Woody Allen, Sergio Leone et le Kurosawa du « Château de l’araignée ». A travers les divagations d’un metteur en scène donnant ses notes, Dan Jemmett - secondé avec brio par David Ayala-, tel un gamin qui joue à partir de quelques objets, organise une virée au cœur même de Macbeth mais du côté "cuisine" et sous ses airs moqueurs nous livre quelques réflexions tout à la fois sur l’œuvre et les manières de l’aborder.

David Ayala, corps massif mais d’une incroyable vélocité, donne corps à un metteur en scène possédé par Macbeth comme on l’est du démon, passant de l’explication au jeu et livrant dans un cercle de lumière quelques extraits de scène comme autant de repères.

« Sylvie, c’est bien. Mais le sang c’est un peu trop…c’est gore », explique le metteur en scène à la comédienne qui joue Lady Macbeth. Une remarque que les spectateurs que nous sommes pourraient à leur tour adresser au metteur en scène concepteur. Il n’est pas certain, en effet, que la scène finale un peu trash, où le metteur en scène apparaît totalement nu et ensanglanté, ajoute à la saveur de cette désopilante et savante digression autour de Shakespeare qu’il n’est pas nécessaire de connaître sur le bout des doigts pour en goûter tous les sucs.

Macbeth (The notes) d’après Macbeth de Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats, adaptation Dan Jemmett et David Ayala, conception et mise en scène Dan Jemmett, avec David Ayala (durée 1h30)
Théâtre des Bouffes du Nord jusqu’au 14 novembre 01 46 07 34 50

En tournée : novembre :15 Fraisse, 19 Canal Lirou, 20 Uzés,21 Bousquet ,24 Fouzilhon , 26 Mèze, 27 Alès , 28 Portiragnes .
Décembre :2 au 5 Toulon, 11 Arles, 17 Onet-le-Château, Saint-Fons 8 janvier 2016.

Photo ©Patrick Berger/ ArtcomArt

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.