Accueil > La Rose jaune d’Isabelle Bournat

Critiques / Festival / Théâtre

La Rose jaune d’Isabelle Bournat

par Gilles Costaz

L’harmonie des langages

Partager l'article :

A la terrasse d’un café, un couple se dispute. Ou plutôt s’oppose. La femme, Célie, conteste une vie fondée sur des compromissions. Deux êtres étonnants passent par là : un rappeur qui chante sur la voie publique, un être étrange aux allures de poète ambulant qui porte le nom de Théo. Laissant sur place son mari, Célie part dans la nuit avec Théo, qui n’a pour domicile que les théâtres où il débarque sans demander de permission. Nuit d’amour ? Non, nuit de vérité et d’envol philosophique, nuit de danse aussi, car le rêveur emmène toute personne qui le suit dans une spirale dansée. Au terme de la nuit, Célie sera réconciliée avec la vie et avec l’homme qu’elle avait délaissé.
Isabelle Bournat est un écrivain audacieux, qui a le courage du lyrisme, de la fronde politique et de la grande littérature passionnelle. Son écriture est riche de griffures, d’émotions et de couleurs. Elle a rencontré une équipe exceptionnelle. Capucine Demnard a imaginé de porter ce texte à travers une multiplicité de langages : jeu théâtral, vidéo, musique et danse (les images vidéo de Duffas et Cholot-Louis sont elles aussi une sorte de chant, sur la pierre du lieu étonnant qu’est la Condition des soies). Avec Jacques Connort elle a aussi demandé à un danseur, Michel Raji, d’être un personnage supplémentaire, mystérieux, invisible et visible, qui va d’un partenaire à l’autre, insufflant son énergie et une sorte de force supplémentaire.
Jacques Connort, chargé de la mise en en scène, a su unir ces divers langages dans un même mouvement et maintenir une gravité tendre sous ce rythme vif qui court dans un espace éclaté. Capucine Demnard incarne Célie, elle a une allure et une grâce folles. Nathan Willcocks, qui joue Théo, est doué d’une présence extraordinaire : une douceur doublée de puissance, une âme sensible dans chaque parole. Krystof Lorion, Jessica Monceau et Rapahël France-Kullman ont aussi une façon d’être personnel de tout leur être. Ce moment à l’esthétique neuve, construit sur la belle écriture d’Isabelle Bournat, est tout à fait emballant.

La Rose jaune d’Isabelle Bournat, conception de Capucine Demnard, mise en scène de Jacques Connort, vidéo de Bertrand Roure, Yann Duffas et ChloélieCholot-Louis, chorésophie de Michel Raji, musique de Raphaël Elig, costumes d’Isabelle Deffin, lumières d’Orazio Trotta, avec Nathan Willcocks, Capucine Demnard, Krystof Lorion, Jessica Moncau, Raphaël France-Kullman, Michel Raji.

Condition des soies, 12 h 05, tél. : 04 32 74 16 49, jusqu’au 27 juillet. (Durée : 1 h 15). Texte aux éditions Les Cygnes.

Photo Brigitte Enguerrand

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.