Frida Kahlo

Un plateau intelligent habité par Frida Khalo

Frida Kahlo

Quand la comédienne et conceptrice du spectacle, Véro Dahuron, qui joue le rôle de Frida Kahlo, entre en scène, elle le fait avec tout le passif de l’héroïne. Le plateau se trouve alors habité par toute la violence, l’amertume et la foi du personnage. On perçoit immédiatement une vérité qui nous incite à suivre l’actrice dans l’histoire biographique de Frida Kahlo, peintre mexicaine née en 1907. Membre du parti communiste, elle s’intéressera toute sa vie à la peinture et à la politique. Elle exposera alternativement à Mexico, New York et Paris, tout en maintenant son engagement jusqu’à sa mort, en 1954. Le montage du spectacle est très efficace. Il a fallu, évidemment, par rapport à une vie si dense, faire des choix. Véra Dahuron, comme pour son jeu, vise à l’essentiel. Il n’y a rien de bavard. Et comme on pressent les ellipses, le spectateur est engagé à être intelligent et intuitif. Comme dit Brecht, il y a une sorte d’auto-éducation qui se produit de l’intérieur du public face à ce spectacle sensible qui porte une biographie douloureuse, mouvementée et militante.

Densité du spectacle

On participe agréablement au parcours du personnage et l’on apprend, tout en échappant au didactisme laborieux du commentaire, beaucoup d’éléments sur la carrière accidentée de cette peintre des années 30 à 50. On constate surtout que son art est étroitement associé à son militantisme. "Comment transformer ma peinture pour qu’elle devienne utile au mouvement révolutionnaire communiste. Je dois aussi lutter de tout mon être pour que le peu de force que me laisse ma santé soit destiné à aider la révolution..." Véro Dahuron, qui est aussi femme de lettres, a su travailler cet angle d’attaque dans son adaptation. C’est sans doute ce qui contribue à la densité du spectacle. Mais son jeu de comédienne, lui aussi, est remarquable. Elle semble traverser les événements de la biographie plus qu’elle ne les illustre. On doit sans doute cet affinage à la direction d’acteur de Guy Delamotte. Enfin, malgré la richesse d’un tel spectacle, son agréable brièveté (1h15), permet au public de s’ordonner une attention maintenue.

Frida Kahlo. Conception et jeu, Véro Dahuron, direction d’acteur, Guy Delamotte. Théâtre Le Lavoir Moderne Parisien, jusqu’au 24 Février 2005. Tél : 01 42 52 09 14. Pour les dates de la tournée, renseignements à la compagnie, Tél : 02 31 85 15 07.

Photo : Tristan Valès

A propos de l'auteur
Jacky Viallon
Jacky Viallon

Jacky Viallon aurait voulu être romancier à la mode, professeur de lettres ( influencé par les petites nouilles en forme de lettres qu’on lui donnait tout petit dans sa soupe et qu’il taquinait avec sa grande cuillère en argent symbole d’une grande...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook