Accueil > Stadium de Mohamed El Khatib

Critiques / Théâtre

Stadium de Mohamed El Khatib

par Gilles Costaz

Les fous du foot

Partager l'article :

La Colline à présent dirigée par Wajdi Mouawad présente à la fois la pièce complexe et très écrite de Valère Novarina, L’Homme hors de lui, et un clin d’œil très peu littéraire au football et à ses fanatiques, Stadium. Mais faut-il, parce que Deleuze a écrit que foot et théâtre ont la même configuration, mêler ces deux phénomènes qui restent parallèles ou contradictoires ? L’idée n’est pas nouvelle : Francis Huster a toujours voulu faire venir le public des stades au théâtre ; quand il dirigeait la Criée à Marseille, Jean-Louis Benoit parvenait à convaincre une fraction des fans de l’OM à passer quelques soirées devant une pièce. Là, un grand nombre de théâtres, rejoints par la très chic fondation Hermès et le non moins chic Festival d’automne, est venu appuyer, financer et diffuser le projet de Mohamed El Khatib qui a surtout voulu témoigner sur les passionnés du ballon rond, après un an passé parmi les supporters du Racing Club de Lens.
Au final, le résultat n’est pas banal. Il y a 53 fanatiques du RC Lens sur scène – ils disent leur texte réécrit par l’auteur -, il y a celui-ci lui-même, Mohamed El Khatib, qui assure le show, avec une présence très charmante. Des séquences vidéo apportent leur part de vérité (autant de gros plans sur la monomanie, la passion la plus fanatique pour un club), des pom pom girls viennent faire quelques tours de piste dans des tenues rouge et or, une baraque à frites ouvre à l’entracte… Dommage que ce ne soit pas très bien fait. La première partie manque de parti pris, on ne sait où elle va. La seconde est plus claire, plus politique. Bien sûr, c’est étonnant de voir, à la fin de la soirée, le public de la Colline danser dans le hall au rythme de la fanfare qui joue Marguerite, donne-moi ton cœur. C’est toujours bien de mettre en cause la fracture entre le peuple et l’élite. Mais l’option brouillonne adoptée frise le penalty.

Stadium , "performance documentaire" de Mohamed El Khatib, conception de Mohamed El Khatib et Fred Hocké, environnement visuel de Fred Hocké, environnement sonore d’Arnaud Léger, collaboration artistique de Violaine de Cazenove, Eric Domeneghetty, Thierry Péteau, avec 53 supporters du Racing Club de Lens et Mohamed El Khatib.

Théâtre de la Colline, tél. : 01 44 62 52 52, jusqu’au 7 octobre. Tournée en France du 12 octobre au 26 mai. Texte au Solitaires intempestifs. (Durée : 1 h 50).

Photo Pascal Victor ArtcomPress.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.