Accueil > Exil et Les Odyssées, de Sonia Wieder-Atherton

Critiques / Opéra & Classique

Exil et Les Odyssées, de Sonia Wieder-Atherton

par Olivier Olgan

Les deux spectacles en miroir de la violoncelliste rappellent ce que la musique peut dire du monde. Rencontre avec un artiste engagé

Partager l'article :

.« Les hutus ont terminés la tuerie de l’église en deux jours. Et tout de suite, ils sont descendus dans la forêt… D’abord je devenais muet puis j’ai insisté pour vivre… Je ne crois pas à la fin des génocides…. » Sur le plateau quasi nu de la salle Le Vent dans le 19éme arrondissement, deux jeunes adolescents égrènent d’une voix sobre le témoignage terrible de Cassius Niyonsaba, tutsi de 12 ans rescapé du génocide rwandais.

Sur le récit intense puisé du livre de Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie, un violoncelle pose quelques notes graves de Brahms, bientôt rejoint par les onomatopées d’un chœur de 5 jeunes filles. D’un geste de son archet, Sonia Wieder-Atherton interrompt la répétition souhaitant un tempo plus ferme. Et de rappeler à la jeune troupe de La Compagnie Sans Père que « ce n’est pas parce que c’est lent qu’il faut ralentir ». Reprenant l’archet, elle leur montre que deux notes peuvent prendre une toute différente intensité selon le geste. Et ajoute une recommandation : « II faut lancer les notes selon le mot de Prokofiev ‘comme des morceaux de viande crues que l’on jette au public’ ». Le ton est donné. Un spectacle sans concession et âpre sur le déracinement.

Voila plus d’un an et demi que la violoncelliste porte le projet ‘Exil ‘ qu’elle définit sobrement comme « une désobéissance à disparaitre », contre cette tentative systématique qu’ont les massacreurs de s’attaquer après les corps jusqu’aux souvenirs de leurs victimes. Exil se veut un travail sur le langage qui cherche ses mots pour sortir de l’indicible. « Mon métier de musicienne, insiste Sonia Wieder-Atherton est de donner une voix à des gens sans voix. » Le texte liminaire de on projet en témoigne dés l’origine : « Qu’ils soient chassés, déplacés, emmenés, arrachés à leurs vies. Qu’ils viennent d’Asie, d’Afrique, d’Europe ou des Amériques. Qu’ils semblent rescapés de l’Histoire ou écorché vifs par notre actualité. Ils sont revenus, ils ont dit, ils ont écrit. Ces mots nous parviennent, ces langues ont survécu au temps. Il faut les sortir de l’oubli. Exil est né parce que j’ai ressenti l’envie, peut-être même le besoin de me trouver face à ces mots si rarement prononcés. Le besoin de les entendre et de les faire entendre. »

Ce spectacle dérangeant dont la création aura lieu jeudi 3 février à la Philharmonie convoque et associe musique et textes : des extraits de témoignages de tous les horizons et de tous temps comme ceux de Charlotte Delbo ( Mesure de nos jours), Rithy Panh (L’image manquante) Maya Angelu, (Still I Rise) Wei Zhang (La Dame de Qin)… entrecroisés de musiques de Sofia Goubaïdoulina (Prélude n°1 pour violoncelle seul), de Galina Ustvolskaya, (Grand duo pour violoncelle et piano) de Bach (5e suite pour violoncelle), mais aussi Igor Stravinsky (Elégie pour violoncelle seul), Henry Purcell (Let me weep pour voix et violoncelle) et François Couperin ( Leçon des Ténèbres pour violoncelle seul), souvent transcrites par la musicienne. La force du spectacle tient de la capacité de la jeune troupe dirigée par Sarah Koné, à condenser l’émotion, à faire palper l’horreur, donnant chairs et perspectives à ces mots de Camus : « quand les hommes ont peur c’est pour eux-mêmes, mais leur haine est pour les autres. »

En contrepoint de ce spectacle de survie de la mémoire, Sonia poursuit ses « Odyssées pour violoncelle et bande sonore » créés en 2012 à Aix-en-Provence et repris début janvier au TGP de Saint Denis (voir article webthea http://www.webtheatre.fr/Requiem-d-Anna-Akhmatova ) « Il porte des forces de vie, insiste son auteur. D’autant qu’à chaque salle, elle le réinvente, l’adapte en puisant sur le matériau musical qui l’environne, comme par exemple des voix de 200 jeunes de la métropole Aix-Marseille Provence à Aix en Provence ou des voix de femmes d’ici et d’ailleurs à Lille.

Magicienne du temps et des tempos, Sonia Wieder-Atherton cueille les peurs de ce monde et les transforment pour de nouvelles espérances. Elle est attirée – ‘par cette double résistance ; l’une pour se souvenir de sa langue, l’autre pour raconter l’interdit’ - qu’elle livre sans jamais perdre le souci de la forme ni le fil de la ferveur dans l’homme. Ce qui frappe d’emblée, c’est la densité de son jeu éliminant le futile pour aller au cœur d’ineffables vérités dont son archet sait capter l’essentiel. Comme un fil d’Ariane, elle ne manquera d’évoquer les contours de ses nombreux engagements pendant cette Leçon de musique intitulée « Une artiste face au monde  ». Elle est libre Sonia surtout quand elle va vers les autres.

 EXIL (Création mondiale) avec, violoncelle, La Compagnie Sans Père & Laurent Cabasso, piano
• jeudi 2 février 2017 à 20h30 - Philharmonie de Paris Réservation au 01.44.84.44.84 et sur : http://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/spectacle/16711-exil
• 13 mai au Festival Passages à l’Arsenal de Metz http://www.arsenal-metz.fr/fr/tout/sonia-wieder-atherton_-d.html
LES ODYSSÉES - Ateliers de création
• lundi 6 & mardi 7 mars 2017 Aix-en-Provence avec les voix de 200 jeunes de la métropole Aix-Marseille Provence
• jeudi 6 avril 2017 Théâtre du Nord, Lille avec des voix de femmes d’ici et d’ailleurs http://www.theatredunord.fr/spectacle/les-odyssees-de-lille/
• jeudi 4 mai 2017 MC2, Grenoble avec les voix de personnes en attente d’asile http://www.mc2grenoble.fr/spectacle/sonia-wieder-atherton/
• du mardi 16 au 24 juin 2017 Festival d’Aix-en-Provence avec les voix de 200 jeunes de la métropole Aix-Marseille Provence du Festival d’Aix-en-Provence http://festival-aix.com/fr/evenement/sonia-wieder-atherton-0
LEÇON DE MUSIQUE - Une artiste face au Monde - Masterclass de violoncelle
• 3 février 2017 à 19h - Philharmonie de Paris Réservation au 01.44.84.44.84 et sur : http://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/lecon-de-musique/16706-une-artiste-face-au-monde
BARBARA SYMPHONIQUE avec Sonia Wieder-Atherton, violoncelle - Michel Portal, clarinette- Yaron Herman, piano – Jean-Marc Phillips-Varjabédian, violon - Bruno Fontaine, direction et piano & l’Orchestre National d’Ile-deFrance
• dimanche 5 février 2017 Théâtre des Champs Elysées, Paris http://www.theatrechampselysees.fr/saison/concerts-dimanche-matin/barbara-symphonique?parentTypeSlug=recital-musique-de-chambre

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.