Accueil > La pleurante des rues de Prague

Critiques / Festival

La pleurante des rues de Prague

par Jean Grapin

Un conte fantastique

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans le texte de Sylvie Germain La Pleurante des rues de Prague, le narrateur, à la manière d’un conte fantastique, suit dans une Prague contemporaine le fantôme d’une vieille femme. Par la souffrance et les souvenirs qu’elle porte en elle, sa présence trouble les vivants. Dans ses errances, elle pleure des parents, des enfants assassinés...Figure baroque familière et inquiétante, étrange, elle est l’allégorie d’un impossible deuil, celui d’un monde juif danubien disparu : celui de Kafka, monde chaleureux, inquiet, effacé par la guerre.
La pleurante des rues de Prague est ainsi à la recherche d’un repos sans oubli que l’adaptation théâtrale présentée au théâtre des Halles lui apporte assurément.
Le grain de voix à la gravité modulée et le jeu quasi abstrait de Claire Ruppli meuvent le spectateur dans un espace où l’écoute des mots et leurs silences se soutiennent mutuellement, échafaudant une forme épurée d’incarnation dans une fragilité commune, à la recherche d’un apaisement.

La Pleurante des rues de Prague
De Sylvie Germain, avec Claire Ruppli
Festival OFF Avignon Théâtre des halles

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.