Accueil > Un démocrate de Julie Timmerman

Critiques / Théâtre

Un démocrate de Julie Timmerman

par Corinne Denailles

La fabrique des désirs

Partager l'article :

Julie Timmerman s’est intéressée à l’un des plus grand fléau de la démocratie, à savoir la manipulation de l’opinion publique, à travers le parcours incroyable d’un personnage cynique, Edwards Bernays, double-neveu de Freud, qui s’est certainement inspiré des théories psychanalytiques de son oncle pour en faire détourner l’application. Mais surtout, il a transposé en temps de paix les méthodes de manipulation des masses appliquée habituellement en temps de guerre et qu’il appelle « relation publique » (on retrouvera son ouvrage intitulé Propaganda dans la bibliothèque de Goebbels).
Bernays est une sorte de monstre génial qui a compris comment manipuler les masses en créant chez les consommateurs le désir d’un bien dont ils n’ont pas besoin partant du principe qu’il faut parler aux pulsions de désir des individus et non répondre à leurs besoins exprimés. Pour ce faire, il rassemble un maximum de données pour cibler les campagnes. Comment contribuer aux bénéfices d’une marque de cigarette ? en faisant croire aux femmes que fumer est un signe d’égalité des sexes à partir de l’association cigarette/phallus. Et ça marche, grâce aux suffragettes qu’il convainc. « La réalité n’existe pas ! si j’affirme qu’un carré est un cercle, les gens finiront par le croire. La croyance, voilà la seule vérité ! » Capable de faire vendre n’importe quoi, il est aussi maître en politique pour faire réélire un président en difficulté (1925) ou monter un coup d’état au Guatemala en complicité avec la CIA, accusant le nouveau président socialiste de communisme (1954). Ce type avait tout compris et tout inventer des maux dont souffre notre société et qui mettent en péril la démocratie, en basant, entre autres, ses méthodes sur le désir et la peur.

Julie Timmerman a construit son texte à partir de ces faits réels. Son spectacle évoque le Bowling for Columbine de Michael Moore ; sujet voisin, même volonté de dénonciation, même indignation teintée de bons sentiments. A ceci près, que le théâtre n’est pas le cinéma. Le spectacle souffre un peu de son didactisme malgré les efforts de théâtralité. Mais le sujet reste passionnant et le spectacle est servi par de très bons comédiens. Il a le mérite d’appeler à la réflexion et à l’esprit critique en ces temps troublés où les sondages perdent la tête, où les théories du complot prospèrent et où nos choix ne nous appartiennent peut-être plus tout à fait. En ce sens, ce spectacle a de véritables vertus pédagogiques.

Un démocrate de Julie Timmerman ; scénographie, Charlotte Villermet ; lumières, Philippe Sazerat ; costumes, Dominique Rocher ; musique, Vincent Artaud ; avec Anne Cantineau, Mathieu Desfemmes, Julie Timmerman, Jean-Baptiste Verquin. Avignon au théâtre du chapeau d’ébène du 7 au 30 juillet à 18h50. Résa : 4 90 82 21 22.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.