Accueil > "La vie va où ?..." et "Pieds nus, traverser mon cœur" de et avec Michèle (...)

Critiques / Théâtre

"La vie va où ?..." et "Pieds nus, traverser mon cœur" de et avec Michèle Guigon

par Dominique Darzacq

Une édition DVD bien venue

Partager l'article :

« Étrange comme certaines personnes quand elles s’en vont vous laissent seuls » remarquait Michèle Guigon dans un de ses spectacles. De toute évidence elle est de celles-là. Sa disparition au mois de septembre 2014 ne fut pas seulement le crève-cœur de ses ami(e)s. Ce fut ce qu’elle reste encore aujourd’hui, un méchant accro dans l’écosystème du théâtre, une absence impossible à combler.
Rebelle aux étiquettes, mêlant mots et notes, paroles et chansons, l’air de rien et d’un accordéon, « son souffle au cœur », Michèle Guigon concoctait des bijoux scéniques inclassables fignolés hors des sentiers battus, tissés de réflexions qui font mouche et tramés de rire et d’émotion. La vie va où ?... et Pieds nus, traverser mon cœur, ses deux derniers spectacles édités aujourd’hui en DVD, sont emblématiques de sa manière sorcière de recycler les petits riens de la vie comme les gros accros en éclats de rire, de rendre cocasses les épreuves pour tenir à distance la peur « qui rétrécit le cœur ». C’est ainsi, qu’évoquant sans détour son cancer, elle remarque, « J’aurais pu faire médecin j’ai fait malade, c’est la même branche ». Les deux spectacles ont pour ADN la question qui n’a cessé de la tarauder : « le sens de la vie et le temps qui passe », l’humour pour boussole, elle nous emmène dans les méandres de l’existence, de ce moment d’enfance « où les grandes personnes sont vraiment trop grandes » à celui-là "où l’on perd à la fois ses dents et ses amis ». Deux spectacles aux saveurs sucrées salées, où le clown et le poète, le rire et les larmes, la vie et la mort vont à l’amble pour mieux transformer l’ordinaire des jours en feu d’artifice, en hymne à la vie.
Magnifiquement filmés en novembre 2011 au Théâtre Vidy-Lausanne que dirigeait alors René Gonzalez avec l’objectif d’un double DVD, projet que la disparition de Michèle Guigon a longtemps différé. Grâce à une équipe d’ami(e)s parmi lesquelles Anne Artigau et Suzy Fisrt, ses complices artistiques à la mise en scène et à la co-écriture en même temps que chevilles ouvrières de la Compagnie Du p’tit matin, l’édition du coffret DVD de deux spectacles parait enfin, enrichi de nombreux bonus, notamment d’entretiens dans lesquels Michèle Guigon « née à Cronembourg avec un c, là où l’on fabrique la bière avec un K », tombée dans la marmite théâtre à quatre ans en regardant « Au théâtre ce soir » cachée sous la table, évoque son parcours, de sa rencontre avec Les Deschiens jusqu’à sa chronique dans l’émission de France Inter « On y passera tous » ; le tout émaillé d’extraits de spectacles, parmi ceux-ci, Les Blouses aux côtés de Jérôme Deschamps. Plus tard ce sera La Veillée puis au festival d’Avignon 1984, son premier et court spectacle Strapontin réalisé en compagnie d’Anne Artigau et Simon Mc Burney, suivi l’année suivante, à la demande d’Alain Crombecque alors directeur du festival, de Marguerite Paradis et la création de la Compagnie du P’tit matin. D’extraits de scènes en commentaires sur sa manière de travailler, d’évocations de rencontres en tours de chauffe régulièrement effectués au Limonaire, légendaire bar à vin et à chansons, les bonus ne nous montrent pas une Michèle Guigon côté cuisine, mais une créatrice attentive à rendre extraordinaire l’ordinaire de la vie, une artiste ouvrière en son art remettant sans cesse sur le métier des représentations son ouvrage serti à fleur d’âme.
En ces temps où l’on commence à penser aux fêtes de fin d’année, ce DVD a toute sa place dans la liste des cadeaux.

« La vie va où ?... » et « Pieds nus, traverser mon cœur » - DVD 25€
Editions Camino Verde http://caminoverde.com/accueil.php.

En vente notamment aux librairies du Théâtre du Rond-Point et du Lucernaire

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.