Accueil > Pierre Richard. Détournement de mémoire

Critiques / Comédie & Humour

Pierre Richard. Détournement de mémoire

par Jacky Viallon

Anecdotes, poésies et fantaisies

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans son nouveau spectacle solo, Pierre Richard nous promène sur le plateau et dans son imaginaire, animé par une démesure poétique et une certaine dextérité physique. Il est gai, vif, tendre et drôle. Il nous fait revivre des moments de cinéma qui sont de véritables morceaux d’anthologie : la mauvaise foi sympathique et bougonne de Bernard Blier, les fantaisies grognonnes de Jean Carmé, et tant de souvenirs avec ses copains de tournages, notamment Gérard Oury, son maître à rires. Il évoque aussi Maria Casarès, Jean Vilar, Gérard Philipe et la belle aventure du TNP, «  le Théâtre National Populaire » précise-t-il non sans insister sur le terme « populaire ». Son spectacle touche aussi de près les difficultés de cette belle et malaisée profession qu’est celle de comédien. L’approche qu’il en a permet au public de mieux comprendre, de pardonner aussi, certains comportements inhérents à ce métier qui est aussi un état d’esprit : exhibition, optimisme forcené, mégalomanie suraiguë, égocentrisme verrouillé, etc.

Ce spectacle touchant et pudique, est à l’image de Pierre Richard. Il se compose d’écarts burlesques et de retenue, de vraie légèreté et de fausse raideur. Surtout, Pierre Richard offre une véritable performance d’acteur. Elle est d’autant plus remarquable qu’il la donne dans la plus grande humilité.

Pierre Richard. Détournement de mémoire. En tournée : Villiers-sur-Marne (94), le 17 mars ; Casino de Paris, le 27 mars ; Espace Treulon à Bruges, 30 Mars.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.