Accueil > La Poison

Critiques / Comédie & Humour

La Poison

par Stéphane Bugat

Peut mieux faire

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Monter Guitry en 2004 ? Pourquoi pas... Les mots d’esprit du maître sont toujours aussi efficaces et si sa féroce misogynie n’est plus d’époque, on peut au moins l’envisager comme fil rouge provocateur dans ses descriptions de la bourgeoisie parisienne. Il sait aussi construire des intrigues astucieuses, comme c’est le cas avec La Poison, un film qu’il a tourné au début des années 50. En l’occurrence, l’action qui s’inspire d’un fait divers ne se déroule pas à Paris mais dans un village rural qu’il situe dans l’Eure et qu’il semble considérer comme un département des plus lointains.
Ulcéré par sa femme alcoolique et répugnante à souhait, le brave Paul Braconnier, pépiniériste de son état, concocte le crime parfait en prenant préalablement conseil auprès d’un célèbre avocat qui se vante d’avoir obtenu la relaxe pour cent meurtriers.
C’est donc une bonne idée qu’a eue Henri Lazarini, en peaufinant une adaptation théâtrale de l’œuvre cinématographique, et bien entendu, en restant fidèle aux dialogues qui sont la marque de fabrique de Guitry. Il s’est aussi entouré d’une solide distribution, menée par deux excellents comédiens qui n’ont pas toujours eu des rôles à leur mesure, Bernard Lavalette (l’avocat) et Henri Guybet, qui reprend le personnage de Braconnier, porté à l’écran par l’inoubliable Michel Simon. Pour faire bonne mesure, cette entreprise a un caractère vaguement désuet, de nature à inspirer une note de nostalgie qui ne nuit pas à l’adhésion du public.
Et pourtant, on reste sur sa faim. Car ce que Henri Lazarini a manifestement négligé, c’est de muscler sa mise en scène, ce qui était d’autant plus indispensable qu’un ensemble de petites scènes ne constitue pas forcément une pièce à part entière. On ressent ainsi comme une impression d’approximation et de laisser-aller, parfois même d’amateurisme. Ce spectacle mérite d’exister. À condition d’être sérieusement repris en main.

La Poison, de Sacha Guitry, mise en scène Henri Lazarini, avec Henri Guybet, Marie-Christine Demarest, Bernard Lavalette, Jean-François Guilliet, Jean-François Rémi, Line Michel, Marianne Giraud ou Pauline Meyer, Stéphane Rigraff ou Lionel Feix, Renaud Durand et Pierre Dumas. Théâtre 14. Tél : 01 45 45 49 77.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.