Accueil > Décès de Michel Crespin

Actualités / Théâtre / Disparition

Décès de Michel Crespin

par Jean Chollet

Partager l'article :

Comédien, metteur en scène, scénographe investi dans le milieu urbain, enseignant, Michel Crespin est mort brusquement dans son sommeil la nuit du 7 au 8 septembre 2014, dans son fief de Château-Chalon (Jura) Il était âgé de 74 ans. Avec lui disparaît une des personnalités majeures des arts de la rue, pour lesquels il multiplia les initiatives et les développements, avec le souhait de faire de la ville, suivant son expression restée célèbre, une “scène ouverte à 360° ”. A travers ses initiatives durant plusieurs décennies, il favorisa la libre expression de générations d’artistes ayant choisi de s’exprimer dans l’espace public. Il multiplia avec eux les actions communes, les confrontations d’idées et de concepts, pour donner aux arts de la rue ses titres de noblesse, dans une dimension politique qui pour lui allait de pair. Avec une énergie qui ne s’est jamais émoussée à travers les années et les fluctuations de son parcours.

Dans les années 1972-1973, il fonde avec son frère Claude, Bernard Maître et Jean-Marie Binoche, Théatracide, avec lequel il crée notamment Pour l’amour du ciel où tous ces gens peuvent-ils bien aller ? ou La Famille Eustache Amour. En 1973, il participe également à Aix-en-Provence à Ville ouverte aux saltimbanques, aux côtés de Jean Digne, avec lequel il anime à partir de 1978 à Manosque, des Ateliers publics d’arts et de spectacles d’inspiration populaire. En 1980, Michel Crespin quitte Théâtracide, pour fonder avec Annick Hémon Les Charmeurs réunis, et organise notamment dans le Jura une rencontre mémorable en forme de manifeste des arts de la rue, La Falaise des Fous. Deux ans plus tard, il crée avec Fabien Janelle, à l’époque directeur du Centre d’Action Culturelle de Marne-la Vallée, Lieux Publics, “Centre international de rencontres et de création pour les pratiques artistiques dans les lieux publics et les espaces libres des villes.“ d’abord installé à la Ferme du Buisson à Noisiel, puis à Marseille à partir de 1989. Une structure importante et active dont il assure la direction jusqu’en 2000. Entre temps, Michel Crespin a créé en 1994, le Festival d’Aurillac devenu sous sa tutelle une manifestation majeure du théâtre de rue européen, avant de passer le relais à Jean-Marie Songy en 1993. Outres ces actions, qui ont contribué à faire évoluer favorablement les positions ministérielles face à un art spécifique, il a créé de nombreux spectacles sous des formes diverses en milieu urbain, et est devenu pédagogue pour assurer la transmission. Il laissera également le souvenir d’un homme généreux empreint d’une humanité souriante.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.