Accueil > Virtuellement vôtre

Billets d’humeur / Jacky Viallon

Virtuellement vôtre

par Jacky Viallon

Un petit tour de mappemonde pendant qu’il n’y a personne...

Partager l'article :

Il y a encore quelques années, malgré la difficulté des temps, bon nombre d’individus étaient animés d’une sorte de foi presque exaltante, pour certains, qui provoquait alors la manifestation pathologique du désir. Ce dernier toujours agent de sublimation soutenait l’individu dans ses espoirs, ses réalisations et aussi dans ses désespoirs et ses destructions puisqu’il fallait aussi de l’énergie pour y échapper.

Par cette volonté aux difficultés et réussites tangibles, pouvait-on espérer, en dehors de toute analyse politique ou économique, que l’individu évoluerait dans le sens des pousses de l’arbre, c’est-à-dire dans le bon sens de la sève. Mais après avoir provoqué la lèpre, la peste bubonique, le sida, le footing sans le cigare, la bêtise humaine et la condamnation du beaujolais nouveau… est arrivé : Le monstre du virtuel !

Porté sur de somptueux plateaux, tiré glorieusement de gondoles en consoles et autres fils sans électrique. Se glissant insidieusement dans les trous de mémoire vacants, squattés par d’infinis écrans en superposition à verrouillage sans retour possible.

À la suite, telle une mariée retardée, l’apparition de sa sacro Sainte-Majesté qu’est la Consommation se transformant et sombrant dans les ornières fictives, mais toutefois bien débitables du « Tout pour rien » de la « Solde exceptionnelle » et du « Change-moi-de-l’étiquette » et du « Vas-y-pour-rien-t’es-pratiquement-payé-pour-acheter ».

Puis enfin, en queue de ce cortège, se gonflant d’apocalypse, puisqu’on en voyait plus la couleur : le salaire , la paye tout habillés d’invisibles retenues, accompagnés d’une horde sauvage et incontrôlée d’orphelins échappés d’anciennes colonnes de débit.
Alors un jour, forcément ça explose, ça saute dans la tête de Jérome K ? Oui ! Ce jeune virtuose Magicien-Trader. Il manipule trop bien l’affaire et nous fait apparaître dans le disparaître cinq à six petits milliards d’euros sur clavier. Comme ça, cachés dans un virus ou l’ombre protectrice d’un giga-octet en maigre réserve.
« Petit malheureux ! » lui crie sa maman du haut de son double bac à vaisselle « Débarrasse-moi tout ça, si par malheur ça redevenait vrai ça nous envahirait toute la maison.

Epilogue : Là-bas, loin de chez nous, en Afrique peut-être, un homme se penche religieusement en direction de la terre pour y ramasser une toute petite épluchure de pomme de terre.

Un petit tour de mappemonde et puis s’en vont…. le mardi 4 mars de l’an Huit.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.