Accueil > L’Enlèvement au sérail

Critiques / Opéra & Classique

L’Enlèvement au sérail

par Charles Rosenbaum

Un enlèvement bien enlevé

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On peut toujours discuter de l’intérêt et de l’utilité de jouer Mozart sur des instruments anciens ! Il n’empêche que de nombreux mélomanes ont pris du plaisir à écouter cet Enlèvement au sérail.
Le son aigrelet et parfois grinçant s’est parfaitement adapté aux sonorités turco-orientales de ce Singspiel. Die Entführung aus dem serail recèle de très beaux airs pour solistes. Toutes les voix sont favorisées. Et à cet égard, le casting très largement scandinave est remarquable. Sine Bungaard (Constance), Ditte H. Andersen (Blondchen), toutes deux Danoises, sont belles et chantent à ravir. Le Finlandais Topi Lehtipuu, remplaçant Jeremy Ovenden est un beau Belmonte. Fernand Bernadi est le seul Français de l’affiche. Sa voix de basse en fait un excellent Osmin. Shahrokh Moshkin Ghalam joue le rôle, non chanté, du Pacha Selim. Son numéro final de derviche tourneur est éblouissant. Christophe Rousset et ses Talents Lyriques, champions baroques, se sont comportés en mozartiens consciencieux. Le spectacle était annoncé en version de concert et par conséquent, une mise en scène minimaliste mais avec beaucoup de charme et de respect pour Wolfgang Amadeus Mozart.

L’Enlèvement au sérail, musique de Wolfgang Amadeus Mozart. Singspiel en 3 actes K 384 (1782). Livret de Johann Gottlieb Stephanie Le Jeune. Orchestre Les Talents Lyriques. Direction musicale Christophe Rousset. Chœur de l’Opéra de Lausanne. Concert chanté en allemand, surtitré en français. Production : Jeanine Roze. Théâtre des Champs Elysées. 25 janvier 2005.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.