Accueil > Balthus en fête à Martigny

Critiques / Autres Scènes

Balthus en fête à Martigny

par Charles Rosenbaum

Partager l'article :

 Martigny, la belle cité valaisanne, au départ de la montée vers Verbier, fête cette année le peintre Balthus. La Fondation Pierre Gianadda créée il y a 30 ans a profité du centième anniversaire de la naissance de son célèbre voisin vaudois (1908-2001) pour lui consacrer une fastueuse exposition.

Balthus, alias Balthazar Klossowski, figure majeure de la l’histoire de la peinture du XXème siècle fut nommé directeur de l’Académie de France en en 1961 par André Malraux, alors ministre de la Culture. Il redonna une nouvelle âme à la Villa Médicis en y organisant notamment des expositions Courbet, Giacometti, Bonnard, Derain. On se souvient du tollé provoqué par Georges Marc Benhamou, auto-proclamé directeur de la Villa Médicis ; l’ancien conseiller de François Mitterrand et actuel conseiller de Nicolas Sarkozy, a heureusement été remis à sa place et Frédéric Mitterrand, homme de grande culture a été nommé à la tête de la prestigieuse institution franco-romaine dirigée par Balthus pendant quinze ans.

Balthus, l’énigmatique !

Balthus fait ses premiers dessins à l’encre à l’age de 13 ans dans le livre Mitsou, histoire en images d’un chat et d’un jeune enfant que le poète Rilke, familier des Klossowski, fera éditer en y faisant une merveilleuse préface. Maurice Denis, Pierre Bonnard lui conseillent de copier les Poussin au Louvre. Souvent à contre courant et à l’écart des avant-gardes, Balthus développe un style unique, le chat, son animal fétiche habite son univers. Il se rapproche de Giacometti, Masson , Camus, Jean Louis Barrault, Fellini. Il n’est pas certain que l’on puisse pénétrer plus avant dans son univers même après avoir visionné 150 de ses toiles. Balthus restera toujours aussi énigmatique que séduisant, dans son style et sa singularité.

Martigny expose parfaitement l’art de Balthus et ses thèmes fétiches : la jeunesse, l’érotisme, le désir, le portrait, les animaux et les subtilités de l’appartement. Balthus est un peintre de la rue qui sait en saisir les instantanés. Les toiles exposées expriment la vie des cités et opposent les tons chauds aux tons froids. Il y a de nombreux dessins, des croquis ou des épures qui intéresseront surtout les connaisseurs. On aura grand plaisir à voir, revoir et détailler quelques grandes toiles comme Les beaux jours, son splendide Chat de la Méditerranée, sa Rue et surtout sa sensuelle Thérèse rêvant, peinture sensuelle qui illustre l’affiche de l’Exposition.

 Les expositions 2009 de la Fondation seront consacrées à Rodin érotique », au Musée Pouchkine de Moscou, et au thème De Courbet à Picasso.

Fondation Gianadda. Martigny, Suisse jusqu’au 23 novembre 2008 

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.