Accueil > J’ai rêvé la Révolution

Actualités / Actu

J’ai rêvé la Révolution

par Gilles Costaz

Catherine Anne, auteure majeure

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Catherine Anne est une femme de théâtre, auteure, metteur en scène, directrice de compagnie (sa troupe s’appelle A brûle-pourpoint), qui reste majeure dans le théâtre contemporain. Webtheatre lui a souvent consacré des articles, sous les signatures de Dominique Darzacq, Jean Chollet et Corinne Denailles. Elle aura présenté cette saison deux spectacles (c’est dire son actualité), Trois femmes au Lucernaire et J’ai rêvé la Révolution qui est actuellement repris à l’Epée de bois. J’ai rêvé la Révolution donne vie à Olympe de Gouges dans sa prison : l’écrivain féministe croit qu’elle échapper à la guillotine, mais, bien sûr, elle sera victime de la Terreur, en 1793.
Catherine Anne aime réinventer de grands personnages. Sa première pièce, Une année sans été, qui eut un succès considérable en 1987, mettait déjà Rilke en scène. Depuis, elle s’est intéressée à d’autres figures importantes, comme la famille Claudel, bien qu’elle soit surtout quelqu’un qui parle de la société d’aujourd’hui.
« J’ai rêvé la Révolution est, bien sûr, une pièce sur l’idée de révolution et sur une pionnière du féminisme, dit-elle. Elle a été écrite avant Ca ira, fin de Louis de Pommerat. Après mon départ du Théâtre de l’est parisien, j’avais fait à Paris VIII un master sur la question de l’identité comme la percevant les femmes. Cela m’a ouvert la voie vers beaucoup d’histoires. Quand je me suis intéressée à Olympe de Gouges, je suis allée plus loin grâce à la biographie d’Olivier blanc. Puis c’était l’époque des printemps arabes. J’ai vu combien les mouvements de foules mixtes étaient suivis de la ré-appropriation du pouvoir par les hommes et du renvoi des femmes au foyer. Cela a donné de l’urgence à l’écriture de ma pièce Ce qui m’intéressait par ailleurs, c’était la situation de l’emprisonnement. Comment une femme aussi libre pouvait subir l’incarcération ? Je joue son rôle, le rôle de la prisonnière, sans tension particulière parce que j’ai pu partager la mise en scène avec Françoise Fouquet. Oui, c’est un retour au jeu dans mes propres pièces. Mais j’ai joué dans des spectacles d’autres metteurs en scène, comme Carole Thibaut. En jouant Olympe, je sens une énergie libératoire que je ne sens pas quand je mets en scène. »
Comment faire du théâtre avec de la parole publique ?
Monter la production de la pièce a été difficile. Jean-Pierre Jourdain, au TNP de Villeurbanne, a su encourager Catherine Anne. "Comment faire du théâtre avec de la parole publique ?" : Jourdain a aidé l’auteur à affronter cette difficulté. A présent, à l’Epée de bois, les représentations dans la très belle "salle de pierre" ont une résonance forte. S’y ajoutent un partenariat avec la Ligue de l’enseignement avec des rencontres sur le thème"Femmes en politique" et l’occasion pour Catherine Anne de faire connaître son texte Liberté, Egalité, Parité, un dialogue entre une mère et son fils.
Deux pièces à l’affiche dans une même saison, c’est un signe de bonne santé ? « Pas vraiment, répond Catherine Anne. Je ne voudrais pas que ce soit un baroud d’honneur. Je suis toujours à la recherche d’un lieu qui s’associerait à mes productions. J’ai des projets, je crois que j’ai bien travaillé et que ceux qui m’ont accompagnée le pensent. J’ai besoin d’une salle, j’interpelle quelques lieux ».

J’ai rêvé la Révolution. Texte et mise en scène : Catherine Anne Co-mise en scène : Françoise Fouquet. Dramaturgie : Pauline Noblecourt Scénographie : Élodie Quenouillère
Création costumes : Alice Duchange
Création son : Madame Miniature
Création lumière : Michel Theuil
Maquillage, coiffure : Pauline Bry
.
Avec :
Catherine Anne, Luce Mouchel, Morgane Real, Pol Tronco .
(Texte chez Actes-Sud Paiers).

Théâtre de l’épée de bois, Cartoucherie de Vincennes, tél. : 01 01 48 08 39 74 , du 27 février au 8 mars 2020 . Puis Le 17 mars 2020 / La Ferme de Bel Ébat - Guyancourt (78)
Le 20 mars / Forum Meyrin - Genève (Suisse)
Le 24 mars / Théâtre Valère - Sion (Suisse).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.