Accueil > Burnt Sugar

Critiques / Autres Scènes

Burnt Sugar

par Abdessamed Sahali

Noir de musiques

Partager l'article :

L’incontournable festival Sons d’Hiver propose chaque année en Val-de-Marne une orgie de concerts de jazz et de musiques du monde de toutes obédiences. Cette année vont se côtoyer des artistes tels que Archie Shepp, MeShell Ndegeocello ou Seu Jorge... Difficile de résister à un menu aussi alléchant d’autant que Burnt Sugar y fera un passage le 12 février à Fontenay-Sous-Bois. L’an dernier à Bobigny, le groupe embrasait la scène avec 17 personnes en action. Un guitariste électrique, un bassiste, un contrebassiste, deux batteurs, une violoniste, une violoncelliste, un pianiste, un clavier, un flûtiste, un trompettiste, deux saxophonistes, trois vocalistes et le maître d’œuvre de l’ensemble, Greg Tate, chef d’orchestre tenant baguette.

Une fabuleuse formation qui joue sans temps mort

Funk, soul, free jazz, hip hop, toute la musique noire américaine passe à la moulinette de cette fabuleuse formation qui pendant une heure trente va jouer sans aucune pause, sans un temps mort, sans permettre même au public sublimé d’applaudir une fois. Comme un seul et même morceau qui connaîtrait des phases différentes, se prolongeant par strates successives jusqu’à l’apothéose. Si la base musicale est évidente, l’improvisation géniale l’est tout autant. Aucune partition : untel va se lancer dans un jeu de guitare à la Jimi Hendrix, un autre s’amuser férocement avec un simple triangle, le tout parfaitement synchronisé par Tate qui donne de la baguette ici ou là, tempérant un musicien, poussant un chanteur jusqu’à ses extrêmes. Le projet Burnt Sugar se veut un peu à lui seul comme la configuration du fantôme de la scène downtown du New York des années 80. Lorsque toutes les musiques urbaines étaient branchées sur les pulsations des habitants hors normes de la Grosse Pomme. C’est dire l’importance du groupe, sa vitalité, son dynamisme. Le concept jazz le plus excitant avec ceux de Kip Hanrahan. Tellement beau que ça en est à pleurer.

Dirigé par Greg Tate, avec Lewis Barnes Jr, trompette / Matana Roberts, saxophone alto / Petre Radu Scafaru, saxophone ténor / Satch Hoyt, flûte, percussions / Bruce Mack, synthétiseur / Rene Akan, guitare électrique / Julia Kent, violoncelle / Mazz Swift, violon / Jason DiMatteo, contrebasse / Jared Nickerson, basse / Chris Eddleton, Qasim Naqvi, batterie / Justice Dilla-X, voix / Jeremiah Griffin, voix / Omega Moon, MC. Le 12 février à Fontenay-Sous-Bois (94) dans le cadre du Festival Sons d’Hiver du Val de Marne

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.