Accueil > Les 30 ans du Festival d’Aurillac

Actualités / Festival / Théâtre

Les 30 ans du Festival d’Aurillac

par Jean Chollet

Au coin de la rue

Partager l'article :

Ce festival international (19 au 22 août) consacré aux arts de la rue fête cette année son 30ème anniversaire et sa longévité s’accompagne d’un bilan plus que positif dans ce domaine spécifique. Au point de devenir un rendez – vous incontournable pour tous les artistes et spectateurs passionnés par une forme d’expression inspirée par sa relation de proximité avec le milieu urbain. Aux yeux de son fondateur Michel Crespin (1940-2014) “la ville est un théâtre à 360°”, et cette dimension a engagé un processus de création issu de ses spécificités architecturales, urbaines et sociales. En suscitant, dans un espace de liberté, un nouveau rapport entre le théâtre et le public. L’influence de ses artistes, du Magic Cicus à Royal de Luxe ou de 26000 couverts à Kumulus et Zur, a été repérable dans les mutations pratiquées par des créateurs en milieu traditionnel. Directeur artistique de ce festival depuis 1994, Jean – Marie Songy , tout en restant fidèle à l’esprit d’origine a tenu compte des mutations et évolutions d’un art qui, sans doute plus que d’autres, reste éphémère, malgré une apparente institutionnalisation. En particulier dans l’accompagnement des artistes, avec la création en 2004 d’un lieu de résidence et de fabrication ouvert toute l’année ”Le Parapluie” installé à proximité, sur la commune de Naucelles.

Au programme de cette nouvelle édition Trip(es) ou mes parents n’ont pas eu les couilles de faire des enfants par la compagnie Alixen , The Color of Time par Cacahuète, Veillée d’âmes , création in situ par Carabosse, No visa for this country par la Compagnie sous X, La Géographie des Bords de Délices Dada, Juste avant que tu ouvres les yeux par le groupe Ktha, Naufrage , création en résidence au Parapluie, de Kumulus Contact, par la Compagnie du Deuxième, et la dernière création de La Ménagerie, L’Homme est un animal mobile . Et aussi, The Baïna Trampa Fritz Fallen , par le collectif G. Bistaki, Les Armoiries normandes des Chiens de Navarre, Looling for Paradise par Les 3 points de suspension, Jean, solo pour un monument aux morts de Patrice de Bénédetti, Little Nemo in Slumberland par Les Plasticiens volants, Le Parlement, du Théâtre de l’Unité, La 7ème Vague, du Théâtre du Centaure, Tleta , par la compagnie Une Peau rouge, et As the world tipped par le Wired Aerial Theatre. Autant de propositions témoignant des préoccupations artistiques, sociales et politiques de leurs auteurs, sous des formes pluridisciplinaires, dans un esprit convivial. Aux côtés de cette programmation officielle (spectacles payants ou gratuits), les rencontres avec les “ compagnies de passage” proposent des découvertes parfois insolites ou attachantes à travers la ville, devenue pour un temps un théâtre à ciel ouvert pour un large public.

Festival d’Aurillac du 19 au 22 août

Renseignements/ Réservations : www.aurillac.net Tel 04 71 48 46 58

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.