Accueil > Festival d’Avignon 2015

Actualités / Danse / Théâtre

Festival d’Avignon 2015

par Jean Chollet

Cette 69 ème édition se tiendra du 4 au 25 juillet

Partager l'article :

Olivier Py a présenté l’avant – programme de la 69ème édition du festival, placée sous la formule emblématique et symbolique “ Je suis l’autre ”. En relation avec les événements tragiques du mois de janvier et du sursaut national unitaire, après les attentats commis à Charlie Hebdo et à l’épicerie casher de la Porte de Vincennes Cela m’est apparu comme une évidence, dans une société qui ne semble ne plus avoir l’énergie de penser l’autre comme un salut.. En suscitant une réflexion en mesure de redéfinir, sous forme de manifeste, les orientations de son engagement à la direction du festival : Artistes, spectateurs, citoyens, notre tâche est grande car il ne s’agit plus seulement de préserver une part de culture dans la rapacité des temps marchands, mais de faire entrer la culture dans un projet de société qui n’existera pas sans elle. C’est bien en cela que nous devons pousser ce subtil élargissement du terme culture jusqu’aux conditions de l’organisation générale d’une société meilleure..

Après avoir fait le point sur l’édition 2014, perturbée par les mouvements sociaux, mais maintenue grâce à la volonté des équipes avignonnaises, en engageant toutefois une diminution des recettes consécutives aux annulations de certains spectacles, Olivier Py a évoqué les difficultés budgétaires rencontrées pour l’établissement de cette nouvelle programmation, avec une baisse de la subvention de la ville d’Avignon, mesure qui affecte également de nombreux festivals en France, dont certains ont dû êtres annulés.

Cette nouvelle édition, se déroulera durant vingt deux journées du 4 au 25 juillet avec une programmation éclectique interdisciplinaire, très ouverte sur l’international et les auteurs vivants. Avec 38 spectacles proposés dont 35 créations et 9 “Sujets à vif ”. En fil rouge sur toute la durée, un ”feuilleton philosophique ” pour tous publics, d’après La République de Platon dans une traduction de Alain Badiou, lue dans le jardin Ceccano, et un spectacle itinérant quotidien d’après Ubu sur la butte d’Alfred Jarry, réalisé par Olivier Martin Saladin.

Shakespeare sera à l’affiche, avec les créations de Thomas Ostermeier avec la troupe de la Schaubühne de Berlin, pour Richard III, du Portugais Tiago Rodrigues avec une version intime d ’ Antoine et Cléopâtre , et Olivier Py investira la Cour d’honneur avec Le Roi Lear. Parmi les autres créations, celle du grand metteur en scène polonais Krystian Lupa, qui renoue avec l’univers de Thomas Bernhard pour une adaptation Des arbres à abattre , l’Argentin Claudio Tolcachir, déjà bien connu du public français présentera Dinamo , st sera entouré par les spectacles de deux compatriotes, Mariano Pensotti et Sergio Boris. Valère Novarina, sera présent au Cloître des Carmes avec sa dernière œuvre, Le Vivier de noms , Benjamin Porée donne une nouvelle version de la Trilogie du revoir de Botho Strauss, Philippe Berling porte à la scène le court roman de Kamel Daoud, Meursault, en forme de contre-enquête autour de L’Etranger de Camus. Mais, il y aura également d’autres découvertes, comme celle du metteur en scène moscovite Kirill Serebrennikov avec une adaptation du film de Lars von Trier, Les idiots, de l’Egyptien Ahmed El Attar, du Teater N099 estonien, le Winter Family de Tel -Aviv ou la dernière création de Pierre Meunier et Marguerite Bordat, et celle de Samuel Achache.

Coté danse, créations des chorégraphes de Angelin Preljocaj Retour à Berratham , Emmanuelle Vo-Dinh, Tombouctou Déjà-Vu , Gaëlle Bourges, A mon seul désir , Fatou Cissé, Le Bal du cercle , Hofesh Shechter , Barbarians ou encore Eszter Salamon avec Monument 0. A signaler deux expositions, l’une consacrée à Patrice Chéreau à la Collection Lambert, l’autre au peintre et plasticien Guillaume Bresson, auteur de l’affiche 2015, à l’église des Célestins.

On retrouvera également les rendez – vous habituels du festival, outre Sujets à vif, "Les Ateliers de la pensée ” le ” Cycle de Musique sacrée”, les “Territoires cinématographiques” et les rencontres, débats et ateliers qui ponctuent cette manifestation. A noter enfin, la présence de deux “ guest stars” pour une soirée chacune, Isabelle Huppert, avec une lecture de textes de Sade, dans la Cour d’honneur, et Fanny Ardant pour le Cassandre de Christa Wolf avec la musique de Michael Jarrel.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.