Accueil > Une Carmen de Raphaëlle Saudinos

Critiques / Théâtre

Une Carmen de Raphaëlle Saudinos

par Gilles Costaz

Une femme libre

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« J’avais le chat sauvage en moi qui crachait ». Ainsi parle Carmen, toujours proche de celle qu’imaginèrent Mérimée, Meilhac, Halévy et Bizet, mais renouvelée par la grâce d’une jeune comédienne, Raphaëlle Saudinos. Celle-ci n’a pas hésité à réinventer Carmen pour elle-même, à réécrire la nouvelle et à ne garder que quelques extraits de l’opéra. Sa nouvelle histoire est encore plus tumultueuse et encore plus attachée à sa liberté. « Je ne t’ai jamais menti : tu ne me possèdes pas, dit-elle à Don José. Tu auras mon regard planté franc dans tes yeux, tu sais que je n’ai jamais baissé les yeux. »
Raphaëlle Saudinos joue seule, en jeans. Tout dans les mots et l’interprétation. Juste une bande musicale. Aucun pittoresque donc. L’émotion naît du mythe et de sa libre réappropriation. Même les airs de Bizet ne sont plus dans leurs couleurs connues, ils ont pris une teinte jazzy. Ce pari peu sensé, l’actrice le réussit pleinement. Grande et belle présence. Voix aux inflexions délicieuses. Et ce sentiment qu’on nous conte une histoire connue en train de se renouveler, en train de passer d’une écriture masculine à une écriture féminine, d’un récit légendaire à une histoire intime. Un mini-opéra et un mini-roman dans leur plénitude.

Une Carmen, écrit, joué et mis en scène par Raphaëlle Saudinos. Musique de Jean-Louis Cortès. Collaboration artistique de Véronique Vella. les lundis et mardis à 19h45. Relâche le 13 Octobre
Essaïon Théatre 4 rue Pierre au Lard 75004 Paris 01 42 78 46 42
www.essaion-theatre.com

Première publication le mardi 21 juillet 2009 dans le cadre du Festival OFF d’Avignon

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.