Accueil > Reims Scènes d’Europe

Agenda / A suivre

Reims Scènes d’Europe

par Dominique Darzacq

Europe cru champenois

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y en a qui mettent tous leurs œufs dans le même panier, à Reims, on réunit tous les paniers pour y mettre la diversité des couvées. C’est ainsi que les instances culturelles de la ville : Comédie de Reims, Le Manège, l’Opéra, La Cartonnerie, Nova Villa, Césaré, [djaz]51, se sont mis ensemble pour mettre la ville à l’heure de la création européenne et accueillir quelque cent cinquante artistes de toutes les disciplines : théâtre, danse, cinéma, musique d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, du savant et du populaire, il y en aura pour tous les goûts et tous les publics, y compris celui étiqueté jeune avec un week-end bébés qui propose aux bambins pas moins de dix manifestations différentes, auxquelles s’ajoute un Ciné-goûter mitonné par la Pellicule ensorcelée, association animée par le dynamique Jérôme Descamps, qui se consacre à la promotion et la diffusion de films et d’œuvres audiovisuelles fabriqués hors des sentiers battus.

La programmation, établie collégialement, propose l’éminence de la création avec Alain Platel ( Out of Context - for Pina), Krystian Lupa ( Persona. Marilyn), Thomas Ostermeier (Hamlet) ou encore Christoph Marthaler qui, à sa façon chorale et ironique, porte à la scène le récit du voyage singulier de Lina Bögli qui, en 1892, entreprit seule et sans argent, un voyage-fuite autour du monde pour ne pas compromettre la carrière de l’amour de sa vie.
A côté des grands aînés, Scènes d’Europe fait une place importante à la génération des trentenaires « qui questionnent, souvent avec humour, et leur héritage et l’époque actuelle ». A signaler parmi ceux-ci, la serbe Sanja Mitrovic et l’Allemand Jochen Stechmann qui, à travers leur spectacle « Will you ever be happy again ? », interrogent « l’influence de la nationalité et de la mémoire historique sur l’identité personnelle ».

En marge des spectacles ou concerts proprement dits, des mises en espace, des lectures (Denis Podalydès lira James Joyce) , des ateliers, des tables rondes, jalonneront ce festival qui se veut manifeste d’une scène européenne « comme espace où la rencontre du public et des artistes aide à la constitution d’une communauté curieuse, vigilante et sensible ».

Ce charivari de la création bien propre à mettre en appétit les plus anorexiques, commencera le 2 décembre sous chapiteau avec le collectif Gob Squad. Avec « Super Night Shot », une performance vidéo, ce groupe, qui se partage entre l’Allemagne et l’Angleterre, proposera au public rémois un regard singulier sur son environnement urbain.

Reims Scènes d’Europe du 2 au 18 décembre tel 03 26 48 49 00 / 03 26 50 03 92.
www//scenesdeurope.eu

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.