Accueil > Peau de vache de Barillet et Gredy

Critiques / Comédie & Humour

Peau de vache de Barillet et Gredy

par Marie-Laure Atinault

Chantal Ladesou endosse une peau de vache, oui, mais avec une fleur à la bouche !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La vache est un animal bien paisible. Généreuse, elle donne du bon lait. On se demande pourquoi ce doux mammifère est associé à une insulte bien démodée, Peau de vache. Ce bovidé rumine. Les personnes ainsi nommées ruminent leurs méchancetés. Il est vrai que la peau de vache est dure, très dure.

Marion est une femme qui n’aime pas être ni dérangée, ni contrariée. Elle dit ce qu’elle pense, parfois un peu trop abruptement. Voisins, fille, gendre tous reçoivent leur paquet de « vacheries ». Avec elle, tout le monde est mis au diapason. Sauf peut-être Alexis son époux, qui trouve refuge dans son art puisqu’il est le fameux violoncelliste à la carrière internationale. Marion refuse les hypocrisies sociales, si elle trouve votre chemise moche, elle ne s’embarrassera pas pour vous dire la vérité, enfin sa vérité. Elle n’a plus d’amis, et bien elle s’en passe très bien. Elle voit d’un mauvais œil la journaliste qui vient interviewer son célèbre mari. Pauline est un peu intimidée, elle est douce, un poil nunuche et amoureuse d’Alexis. Comment Marion va-t-elle gérer cette situation. En finesse ? Avec son franc-parler, plutôt brut ?

A l’annonce de ce spectacle, des sentiments contradictoires nous agitèrent. L’association Chantal Ladesou-Michel Fau nous sembla presque comme étant une évidence. La Ladesou, comme on la surnomme depuis le triomphe de « Nelson », est dans la droite ligne de Jacqueline Maillan ou de Sophie Desmarets. Michel Fau ne cache son admiration pour ces monstres sacrés du théâtre de boulevard. Par contre, le choix de la pièce nous jeta dans un abîme de perplexité. Pourquoi « Peau de vache », qui n’est pas la meilleure pièce du tandem Barillet et Gredy. Cette pièce écrite sur mesure pour leur amie Sophie Desmarets remporta un vrai grand succès mais sans commune mesure avec celui de « Fleur de Cactus ». La pièce nous semble un peu légère et les personnages, à part celui de Marion n’ont pas grand-chose à défendre. Bien sûr, on reconnaît le savoir faire des auteurs, des répliques bien troussées et du rythme. Mais l’intrigue est bien mince. Michel Fau assume tous ses choix. Et nous l’aimons pour cela. Chantal Ladesou est la peau de vache, elle donne à son rôle ses intonations et sa diction si particulière. Elle habite le plateau avec sa pétulance coutumière. Grégoire Bonnet semble un peu submergé par cette tornade mais il tient fermement son archet. Peut-être est-il trop galant pour pousser un peu cette épouse envahissante ? Le détonateur de tout cela est Pauline, joué avec malice par Anne Bouvier. Comme Michel Fau, elle fait fi des « chapelles », Molière 2016 pour son interprétation dans « Le roi Lear », cette belle comédienne est aussi à l’aise dans les répertoires dramatiques que dans les comédies. Elle compose une Pauline, réservée, angoissée, un peu nunuche, mais qui cache son jeu avec beaucoup d’humour. Quel plaisir de retrouver dans le rôle du voisin exaspéré, Maxime Lombard. Les décors kitchissimes de Bernard Fau nous plonge dans les années soixante dix. La bande son égrène Sheila, Mireille Mathieu, Dalida. Le public se livre à un Blind test mezzo voce. On passe une soirée bien divertissante et finalement c’est le principal !

PEAU DE VACHE
De Barillet et Gredy
Mise en scène Michel Fau
Avec Chantal Ladesou, Grégoire Bonnet, Anne Bouvier, Maxime Lombard, Urbain Cancelier, Roland Menou, Stéphanie Bataille en alternance avec Isabelle Ferron, Gérald Cesbron

Théâtre Antoine : www.theatre-antoine.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.