Accueil > Pampa par le Cirque Alexis Grüss

Critiques / Autres Scènes

Pampa par le Cirque Alexis Grüss

par Gilles Costaz

Le poème de la piste

Partager l'article :

Le nouveau spectacle du Cirque Grüss – le trente-sixième ! - est de tonalité argentine. Il s’appelle Pampa car son idée est née d’un voyage d’Alexis et Gipsy Grüss partis acquérir de nouveaux chevaux en Amérique du Sud. A leur retour, ils ont proposé à leur fils Stephan de travailler autour de l’univers des latinos. « Ce spectacle enchaîne des tableaux qui nous font voyager de la pampa au désert du Chaco, des hauts plateaux péruviens au cœur de l’Amazonie, et même sur la place de Copacabana », précise Alexis Grüss. En effet, cette dominante est là, dès la vision des premiers tissus, jaune, rouge, bleu, qui se nouent en cordes dans le ciel du chapiteau, et des premiers costumes aux dessins volontiers andins. La musique et la danse appuient, chauffent, incendient ce climat où se rejoignent la sensualité ardente des boîtes à tango et le sentiment de liberté du cheval lancé sur des prairies infinies.
Le thème est important chez Grüss. Il unifie la soirée (ou la matinée), alors que tant d’autres réalisations de cirque sont des additions de numéros et de disciplines. Mais il pourrait mener au stéréotype, au cliché rassurant, au conformisme des certitudes toujours répétées. Ce n’est pas le cas. Bien au contraire, avec des moyens inférieurs à ceux des très grands chapiteaux, le « cirque à l’ancienne » nous éblouit souvent davantage. Parce qu’en fait, Alexis Grüss puis, avec lui, ses descendants, dont Stephan est désormais le chef de file, poursuivent un poème intérieur, un grand songe, qui passent par un travail acharné, un savoir-faire de grands professionnels mais avant tout par cette singularité du créateur qui suit un chemin esthétique, toujours identique et toujours renouvelé, dont rien ne le détourne. Il y a le métier du cirque, il y a l’art du cirque. Les Grüss possèdent l’un et l’autre. Ils sont des poètes physiques, sans être jamais devenus de tranquilles gens de métier.
Dans cette nouvelle cuvée, on admire bien des choses : l’inlassable fraternité savante d’Alexis avec ses chevaux, l’étonnante reprise du numéro de « la poste » effectué par Stephan qui entrecroise dix-sept étalons et leurs longues rênes, l’omniprésence de Firmin – grand clown et artiste complet -, la grâce de Laure sur l’éléphante, la puissance de Nathalie l’aérienne, l’élégance de Gipsy qui a ajouté la complicité de dalmatiens à celle de ses chevaux, la progression des jeunes jumeaux Alexandre et Charles qui sont en train de rattraper leur père (Stephan) dans la discipline du jonglage, le charme du petit dernier, Louis, qui à onze ans promet tant… Il n’y a, parmi les artistes, que trois personnes qui ne sont pas des Grüss ! Et ces Dioline, Giorgia et Francesco (un Fratellini !) sont fort doués, également. Mais résumer l’un des participants à un numéro, c’est mal témoigner d’un spectacle où tous passent d’un rôle à l’autre. « Ces Grüss savent tout faire », dit le public avec ses mots spontanés. C’est bien cela, l’une des caractéristiques du cirque à l’ancienne, si rare aujourd’hui dans le contexte français : les grands, les enfants et les bébés à naître apprennent toutes les disciplines et sont sans cesse à la parade, en héros cernés par les projecteurs ou dans la discrétion des tableaux collectifs. L’intrépidité des Grüss, leur sens familial de l’obstacle défié et franchi, cet entrain contagieux en font presque oublier qu’ici s’inscrit l’un des grands chapitres de notre histoire artistique.

Pampa, un spectacle d’Alexis et Stephan Grüss, sur une idée d’Alexis Grüss, mise en scène de Stephan Grüss, décors de l’atelier du Cirque Grüss, chorégraphies de Sandrine Diard, costumes de Judith Husch, lumières de Didier Buccholz, musique sous la direction de Sylvain Rolland, avec les Grüss : Alexis, Gipsy, Stephan, Nathalie, Firmin, Laure, Alexandre, Charles, Louis, et Francesco Fratellini, Dioline Coucaud, Giorgia Bain. Cirque national Alexis Grüss, porte de Passy, bois de Boulogne, Paris, tél. : 01 45 0171 26, jusqu’au 7 mars (2 h 45).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.