Accueil > Molière-Shakespeare (Etre ou not to be) de Cécile Mbazoa-Abé

Critiques / Théâtre

Molière-Shakespeare (Etre ou not to be) de Cécile Mbazoa-Abé

par Gilles Costaz

La faute à Molière

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Méchant Molière ! Il vola une pièce de Shakespeare quand il découvrit l’encombrant talent de son rival anglais ! Au mépris de toute chronologie et au gré d’une fantaisie qui mélange impunément les époques et les cultures, Cécile Mbazoa-Abé imagine qu’un concours d’écriture dramatique est proposé à des auteurs célèbres et inconnus. Il s’agit de s’inspirer de l’histoire authentique de jeunes amants qui s’appellent Roméo et Juliette. On vient solliciter Molière qui se croit sûr de l’emporter. Shakespeare, alors débutant (c’est l’une des invraisemblances de l’auteur, qui ne recule devant aucune liberté), demande l’autorisation de concourir. Ce jeune homme agace Molière, qui utilise son factotum Sganarelle pour en savoir plus. Le manuscrit de Shakespeare atterrit ainsi chez Molière. Qui l’a obtenu, et par quelle malversation opérée dans l’entourage de l’élisabéthain ? Mais le méchant Molière sera pris la main dans le sac…
Fantaisie sur le « mal d’inspiration » (selon les termes de l’auteur), Molière-Shakespeare (Etre ou not to be) a tout de la farce de l’étudiant cultivé qui joue avec les références et prend l’histoire à contre-pied, du brillant élève qui distord avec volupté ce qu’il a appris pendant ses études. Mais, lorsque tout est gratuit, l’histoire a du mal à fonctionner, la mise en place d’une critique de l’histoire et des mythes peine à prendre forme. Cécile Mbazoa-Abé s’amuse ; son inversion des situations est parfois plaisante. Mais il faudrait plus d’originalité et de maestria pour faire vivre cette comédie née d’un postulat absurde. Les costumes sont jolis, les jeunes filles (Eléonore Thomas, Frédérique Würz) touchantes, l’hétéroclite des éléments en scène amusant, l’interprète de Sganarelle (Alexis Bérecz) particulièrement vif. La mise en scène de Lysiane Thomas ne parvient pourtant qu’à orchestrer des chassés-croisés improbables sur le plateau et dans les travées de ce beau théâtre du Ranelagh. La pièce penche plus du côté « not to be » que du côté « être », toujours embryonnaire, jamais crédible.

Molière-Shakespeare (Etre ou not to be) de Cécile Mbazoa-Abé, mise en scène de Lysiane Thomas, lumière de Gérard Stérin, costumes de Vjollce Bega, avec Patrick Rouet, Julien Avril, Alexis Bérecz, Eléonore Thomas (en alternance avec Caroline cottier), Frédéric Bonnin, FrédéricWürz, Olivier Gallais, Vincent Grousseau. Théâtre du Ranelagh, tél. : 01 42 88 64 44. Durée:1 h 10.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.