Accueil > Le cirque des mirages

Critiques / Musical

Le cirque des mirages

par Jean Grapin

Cabaret chansons

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Yanowski est un ténor basse ivre de paroles et Fred Parker est un pianiste inspiré. Tous deux se sont rencontrés dans un bar new new-yorkais. Avec le cirque des mirages ces deux complices embarquent le spectateur dans une aventure faustienne, noire, celle d’une cavalcade au dessus de la camarde, de l’érotisme et de la bohème pauvre. Méphistophélique.

Leur manière underground très littéraire de faire un récital doit tout à Edgar Allan Poe ou Fiodor Dostoïevski. Par la grâce ou plutôt le maléfisme de leurs accouplements artistiques improbables le cabaret qu’ils proposent se trouve débarrassé de ses strass et des ses minauderies. Le cirque des mirages recrée le climat originel d’une conjuration du sort.

Le spectateur croyait la forme historique de l’expressionnisme datée et fanée. Il se trouve submergé par un flux à l’exigence poétique vitale. Grinçant, plein de tumulte et de lyrisme rageur, brelien par bien des aspects, ce spectacle témoigne d’un monde où la posture est affirmation du danger.
Et le spectateur découvre deux artistes émancipés de leurs aînés.

Théâtre du petit St Martin - les 14, 21 et 28 mars à 20h30

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.