Accueil > Le chagrin des ogres

Critiques / Théâtre

Le chagrin des ogres

par Jean Grapin

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Fabrice Murgia en premier opus livre un objet théâtral qui a la pureté et la dureté du diamant, la poésie et l’évidence (l’intensité aussi) d’un conte des frères Grimm. L’argument du chagrin des ogres est simple : la toute petite fille qui jouait au mariage vit un cauchemar, meurt de la peur de ne pouvoir éviter la perte de vitalité des adolescents qui l’entourent et qu’elle devient.

Ayant manifestement compris de l’intérieur la crise, le metteur en scène et auteur installe avec trois comédiens intenses, accompagnés de leurs vidéo, micro et ordi, une scène naturelle moderne qui rejoint la complexité et la simplicité antique. Retrouvant sous ses avatars modernes de manière presque naïve le dispositif de la tragédie.

L’expression des malaises contemporains (addiction, auto enfermement, montée des violences) trouve un ordre simple dans les liens et croisements des dispositifs techniques, propos tenus, distributions des rôles et organisations de l’espace et du temps.

Le virtuel et le fantasme de nos jours si prégnants reprennent leur place du côté de l’imaginaire laissant la place, aux réalités du réel, de la réalité, de la fiction. Tout cela n’étant que du théâtre une offre de catharsis est ainsi offerte par la médiation de l’enfant. Celui qui sait, qui sait comment dire et ne le peut car il ne peut pas parler.

L’ogre sous ses différents grimages dévore, les enfants dévore les adolescents, qui tuent leurs parents, tue les enfants. La grimace tragique, depuis bien avant Œdipe, bien après Grimm, serait toujours la même si l’enfant ne ressuscitait toujours par la merveille de son réveil par la grâce du conte.

Voilà la grâce qu’offre au public Fabrice Murgia.

De et par Fabrice Murgia à la Manufacture (patinoire)- 14h40. Du 8 au 27 juillet 2010, relâche le 19 juillet. Tel réservation : 04 90 85 12 71

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.