Accueil > Le Montreur d’Adzirie

Critiques / Autres Scènes

Le Montreur d’Adzirie

par Jacky Viallon

Rêve, mirage et magie

Partager l'article :

Avec son théâtre d’image et de silence, Roland Shön, du Théâtre en Ciel, nous entraîne dans une sorte de voyage initiatique. Voyage atypique qui nous propose de multiples escales dans notre imaginaire. Sorte de déplacement qui prend son énergie à partir de ce pays plus ou moins fictif « L’Adzirie », sorte d’entité qui nous fait penser à « l’Ile Utopia » de Thomas More, dont la frontière entre réel et irréel n’est pas claire. Disons que ce flou sous-tend la dramaturgie de cette performance.

Voyage fascinant

Il s’agit bien, au sens propre comme au figuré, d’une performance esthétique et théâtrale qui se démarque de tout académisme. Les images sont libres et les formes qui prennent vie empruntent successivement à la technique des ombres chinoises et des marionnettes à gaine. Manipulation à vue, jeu des proportions avec manipulateur caché ou exposé selon le rythme, font de ces croisements magnifiques un voyage « intérieur » fascinant qui nous entraîne dans les espaces incertains de notre inconscient. On croit être en fait dans une sorte de rêve éveillé avec à la fois la conscience de la réalité technique qui en fait sa prouesse et l’inconscience à travers laquelle on se laisse bercer par les images. Le spectacle semble émerger d’un espace-temps agréablement déstabilisant. Ce chevauchement des perceptions et des sensations en font un spectacle à ne pas manquer.

Le Montreur d’Adzirie, de Roland Shön, mise en scène Hervé Lelardoux avec Bertrand Lemarcan, Ludovic Billy. Théâtre Paris-Villette (Paris 19e), du mardi au samedi, jusqu’au 1er décembre à 20 h30. Réservation : 01 44 64 79 70. Théâtre de la Marionnette à Paris .

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.