Accueil > Le Luthier de Venise

Critiques / Opéra & Classique

Le Luthier de Venise

par Caroline Alexander

Humeurs de carnaval

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le premier mérite de cet opéra destiné aux grands et petits enfants est d’avoir été l’objet d’une commande du patron du Châtelet, Jean-Pierre Brossmann. Tant il vrai pour que se poursuive la pérennité de cet art, l’apport des compositeurs vivants est primordial. Brossmann s’y emploie deux fois en deux mois : avec le charmant Luthier de Venise (en coproduction avec l’Opéra de Haute-Normandie) donné à la mi-octobre puis avec, pour la fin novembre, la création mondiale de Angels of America de Peter Eötvös.

C’est à Venise et c’est un conte qui doit déterminer lequel, du mot ou de la musique, est le plus important dans une histoire : un luthier vit avec son chat et le chat passe sa vie dans le vieil arbre du jardin qui longe le Grand Canal. Mais l’arbre se meurt et le luthier fait appeler des bûcherons pour l’abattre. Le bois de l’arbre mort est stocké puis oublié. Jusqu’à ce que le luthier, devenu vieux, s’en souvienne et se souvienne que c’est avec du bois bien vieux, bien sec qu’on fabrique les plus beaux violons. Ce sera un violoncelle qui fera chanter un prince et danser tous les masques du Carnaval... Tantôt primesautière, tantôt mélancolique, la musique de Dazzi accompagne avec gentillesse, mais sans grand éclat, les péripéties du petit peuple vénitien, l’orchestre de l’Opéra de Rouen se plie en rythmes souples à la direction du jeune Alain Altinoglu, les jeunes solistes, tout l’ensemble du Jeune Chœur de Paris, s’ébrouent comme en cour de récréation, la mise en scène de Giorgio B. Corsetti fait appel à toutes sortes de jongleurs et d’acrobates qui font éclabousser des petites mares d’eau. Les personnages sont fringués à la va comme je te pousse. Les enfants ont l’air de s’y reconnaître. Le charme et la magie des fées fait le reste.

Le Luthier de Venise, de Gualtiero Dazzi, coproduction du Théâtre du Châtelet et du festival Octobre en Normandie, orchestre de l’Opéra de Rouen, direction musicale Alain Altinoglu, mise en scène Giorgio B. Corsetti. Avec Catherine Dubosc, Daniel Gundlach, Laurent Alvaro, Christine Buffle.
Théâtre du Châtelet, les 14,16,18 octobre.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.