Accueil > Le Cirque de Ramuz

Critiques / Théâtre

Le Cirque de Ramuz

par Gilles Costaz

Moment de grâce

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Sylvie Jobert s’est emparé - mais ce mot est trop violent, tant la prise en main est délicate – d’une nouvelle de Ramuz. L’écrivain suisse Ramuz y décrit l’arrivée d’un modeste cirque dans une petite ville. Principale attraction du cirque : Miss Anabella, acrobate fil-de-fériste qui va fasciner les spectateurs, transfigurer la vie et disparaître là-haut, dans la coupole du chapiteau. Seule en scène, Sylvie Jobert est à la fois la récitante et l’acrobate, l’évocatrice et l’actrice. Elle porte toute la magie de l’événement, mais c’est une magie d’autant plus troublante qu’elle est à l’image des objets et des costumes, usés, dédorés, rescapés. Une magie secrète, brûlante dans la nuit. La valise qu’apporte le personnage s’ouvre et devient une sorte de loge où se devinent tous ces accessoires porteurs de souvenirs et de mélancolie : un masque, une robe d’enfant, un jeu de fléchettes et sa cible, l’accordéon dont la comédienne tirera quelques notes…
Ce cirque-là n’est pas un barnum. Il est feutré, sans cris, très intérieur. C’est celui dont on rêve avant qu’il arrive, ou dont on rêvera après son départ, projeté dans notre soif d’ailleurs et de dépassement. Sylvie Jobert donne à chaque phrase sa force douce, interprète tantôt éclatante, tantôt passe-muraille, proche et lointaine. Un vrai moment de grâce.

Le Cirque de Ramuz, conception et interprétation de Sylvie Jobert, collaboration de Dominique Laidet, lumières de Karim Houari, décor de Daniel Martin, costumes de Anne Jonhatan, accompagnement de Pascale Henry. Lucernaire, 19 h, tél. : 01 45 44 57 34. (55 minutes).

Crédit photographique : Harim Houari

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.