Accueil > La Cantatrice chauve

Critiques / Théâtre

La Cantatrice chauve

par Jacky Viallon

Loufoquerie dans une bonbonnière

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Cantatrice chauve, jolie et légère fantaisie d’Eugène Ionesco, se joue actuellement sur le petit plateau bonbonnière du Théâtre des Blancs Manteaux. C’est cocasse, serré, version loufoque comme probablement tant d’autres. Mais cette fois-ci, il y a un petit cadeau en plus : c’est sympathique et pétillant. Est-ce l’étroitesse du lieu qui confère à la pièce ce caractère si singulier ? Les acteurs, en tout cas, sont excellents. Vêtus de costumes trop courts, ils nous font penser à des enfants ayant grandis avant l’âge. On perçoit, dans le parti pris de mise en scène, des extravagances intériorisées qui ne demandent qu’à se libérer. On devine les comédiens sous l’emprise d’une agréable pression prête à jaillir comme du champagne. Mais ces derniers restent dans une certaine retenue jubilatoire tout en dégageant une énergie capable de repousser les murs. Il émane de ce spectacle une heureuse contrainte à la solde critique du puritanisme et de l’affligeante morale.

Boite à malices

La deuxième originalité de ce spectacle tient à cette ambiance de boite à malices grâce à laquelle le texte prend des proportions encore plus délirantes. Le metteur en scène a trouvé un jeu alternatif qui va du minimalisme à son contraire et qui donne au propos une élasticité loufoque, inventant un sous-langage dont on devient vite complice. Quant aux personnages, ils sont bien croqués, un poil surlignés, s’approchant timidement de la caricature. Ce spectacle évolue ainsi sur le fil du rasoir et les comédiens, tels des funambules du texte, nous font partager la fragilité du plateau. Il y a de belles présences et beaucoup de générosité. Ce spectacle est recommandé à ceux qui boudent le théâtre ou à ceux qui l’ignorent encore. Réconciliation ou découverte, on passe un bon moment. De plus, le lieu est accueillant et chaleureux. Dans ce petit théâtre des Blancs Manteaux, on retrouve la convivialité des cafés-théâtre d’autrefois.

La Cantatrice chauve, d’Eugène Ionesco, mise en scène : Arnaud Denis. Avec Jean Pierre Leroux, Géraldine Azouélos, François Mougenot, Florence Fontaine, Caroline Clerc, Alexandre Guansé, Jacques Ciron et Arnaud Denis. Théâtre des Blancs Manteaux, jusqu’au 1er Octobre. Tél : 01 48 87 15 84.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.