Accueil > Grand débat : les enjeux de la diffusion artistique

Reportages /

Grand débat : les enjeux de la diffusion artistique

par Caroline Alexander

Crise de la diffusion ou diffusion de la crise ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le théâtre est en crise, la crise est théâtre, la question est récurrente, ceux qui en vivent vivent de plus en plus mal… Et si la situation était plus grave que désespérée ? Si les problèmes qui tournent en boucle avaient des solutions ? Si les solutions venaient davantage de l’imagination que de l’institution ? Ce deuxième grand débat des Biennales Internationales du Spectacle vivant n’en était pas un, mais plutôt une petite suite de tables rondes, questions réponses animées par la journaliste Anne Quentin.

D’emblée, Fabien Jaunelle, directeur de l’ONDA, l’office national de diffusion artistique, s’insurge et affirme que « la crise n’est pas due à la défaillance de la distribution ». Les conditions de production, les relations entre les pôles financiers privés et public et le public lui-même seraient selon lui davantage à prendre en considération. « La France dispose d’un réseau unique en Europe, sinon dans le monde », ajoute-t-il. Et pourtant ça ne tourne pas rond… Ce sont les chiffres qui donnent le vertige. Plus de 5.000 spectacles sont créés par an mais ils tournent peu, à l’exception des stars de musique et variétés, 839 compagnies sont recensées officiellement, mais elles jouent en moyenne moins de 20 fois en 2 ans, Avignon off a présenté 937 spectacles en 3 semaines alors que le nombre de spectateurs est resté constant, ou, au mieux, en légère augmentation... Les budgets sont de plus en plus restreints, les productions de plus en plus chères, les tournées de plus en plus courtes. D’où la nécessité de « prévendre » et l’émergence d’une véritable « loi de la jungle ». En dehors d’Avignon, les festivals de théâtre se raréfient, l’Europe reste une opportunité à saisir dans laquelle la France a pris du retard (manque de préparation, peu de dossiers en anglais, peu de vidéos). Mais en terme de vitalité et de diversité elle reste en tête de peloton…

Gilbert Fillinger, directeur de la Maison de la Culture d’Amiens, rappelle lui aussi qu’il y a 20 ans, à peine une centaine de compagnies dites « hors commission » se disputaient le terrain et réussissaient à jouer plus de 70 fois chacun de leurs spectacles. L’explosion des effectifs à laquelle on assiste actuellement mène forcément à une impasse. On n’échappera pas à la nécessite d’établir des règles. "Réguler", le maître mot est lancé. Il fait grincer des dents. Il est incontournable.

Laure Guazzoni, créatrice du bureau de production « Etbientôt », le professeur Pascal Le Brun-Cordier, directeur du Master « Projets Culturels dans l’Espace public », Richard Coconnier, co-directeur avec Dominique Pitoiset du Théâtre National de Bordeaux Aquitaine énumèrent tour à tour un certains nombre de réalités à affronter, dont quelques unes reviennent, il faut bien le dire, à enfoncer des portes. En gros il faut penser à :

- diffuser moins, mais mieux
- coordonner les lieux, les structures d’accueil et les artistes
- remettre à plat les objectifs et les missions
- se battre pour trouver des moyens
- chercher, innover, trouver des solutions alternatives…
- échapper si possible à la culture du résultat
- trouver des équilibres neufs

Se souvenir qu’il n’y a pas que l’argent et que sous tous ses angles, un spectacle se gagne !.
Un phénomène plus récent – grosso modo une quinzaine d’années d’âge -, celui des spectacles de rue, a bousculé et transformé un certain nombre de critères. Stéphane Bonnard pour la compagnie KompleXKapharnaüM, Pascal Brunet du Relais Culture Europe, le scénographe Philippe Quesne, Philippe Saunier Borrell, apportent leurs témoignages et réflexions sur ces nouveaux territoires et sur les nouvelles technologies qui en découlent. Le Théâtre de l’Unité, les théâtres de marionnettes, Royal de Luxe, Anne-Laure Liègeois, inventent et créent d’autres temps, d’autres aventures. Un but commun : sortir les artistes et leurs œuvres de « leur réserve d’Indiens ».

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.