Accueil > GIACOMO de et par Gilbert Ponté

Critiques / Théâtre

GIACOMO de et par Gilbert Ponté

par Jacky Viallon

« Le joyeux et nostalgique voyage intérieur »

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On pénètre vite dans le monde gigantesque et effarant du petit Giacomo haut comme trois pommes. Qui ne se souvient pas des images surdimensionnées de son enfance et de certaines scènes qui ont pris avec le temps des distorsions plus que déformantes ?

L’action de départ n’est pas des moindres sur le plan du souvenir. Il s’agit de la vision d’un enfant qui vit avec ses parents l’exil de son Italie natale pour un Eldorado franchouillard.

Gilbert Ponté nous livre d’emblée les codes d’une gestuelle fluide et efficace qui lui permet de croquer en quelques voltes face corporels toutes sortes de personnages haut en couleur. Sorte de kaléidoscope à la vélocité vertigineuse où l’on voit déferler toute une galerie de portraits relativement cocasses.
Durant prés d’une heure trente on assiste, médusé comme un enfant, à une sorte de film animé de toute la bonne humeur italienne. Il y a la fois un sympathique et attachant aspect rétro et un encrage dans la réalité d’aujourd’hui qui font de ce spectacle une sorte d’aveu troublant et pathétique.

Disons que le spectacle nous parle et qu’il ne se prive pas de dénoncer la bêtise, la fragilité et les contradictions de la nature humaine. L’être y est présenté à travers ses extrêmes généreux ou pervers.
C’est toute la générosité de Gilbert Ponté qui nous parvient. Pourtant il n’y a aucune complaisance. Il exécute dans une maîtrise implacable son dessin scénique. Il y a derrière toute cette fantaisie une rigueur et une précision assez surprenantes.

Nous sommes constamment retenus : la fluidité et la justesse de ce spectacle et son apparente facilité nous offrent un moment assez touchant.

Voilà un joyeux et à la fois pathétique spectacle réellement populaire qui nous réconcilie face à certaines productions prétentieuses et volontairement bêtement obscures.

« Giacomo » de et par Gilbert Ponté. Mise en scène : Stéphane Aucante. Scénographie : Gilles Teyssier. Lumières : Kosta Asmanis. Contact : 06 O9 01 57 24. gilbert.ponte free.fr

18 Octobre : Centre culturel de Vouzier - 9 Novembre Noyon - 14 Novembre Rouen - 1°décembre Drancy - 12 au 16 Décembre Pau Théâtre du Monte Charge.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.