Accueil > Certains théâtres se vident mais tous les bistrots se remplissent

Critiques / Autres Scènes

Certains théâtres se vident mais tous les bistrots se remplissent

par Jacky Viallon

Nouvelles vocations : comédien à la pression et auteur à la carte

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Admettons que dans les prochains jours les théâtres se désertifient (On peut penser au pire) ! Où trouverait-on le public, certainement pas chez lui, il en sort, alors ce n’est pas pour y revenir. Il suffirait simplement de traverser la rue pour se rendre au bistrot en face du théâtre et on y verrait une partie de nos spectateurs fort attentionnés envers un nouveau genre d’acteurs : « Les acteurs à la pression » spécialisés dans les interventions dans les bars. Evidemment qui dit acteur dit auteur. Diable il faut bien des mots, tout de même, nous ne sommes pas des bêtes !

Parmi donc la multitude des nouvelles expériences qui se développent dans les cafés, nous pensons à quelques-uns qui s’activent depuis quelques années, notamment le groupe Pausolippe avec ces lectures de roman dans les arrière-salles des cafés littéraires ( à découvrir sur leur site www.pausilippe.com ), à Serge Sandor qui sait accrocher les comédiennes au comptoir des bars un peu philo pour leur faire jouer dans une vérité confondante des histoires en feux de détresse. Un gros effort est fait de la part des patrons de bistrot qui accueillent de plus en plus de comédiens et de chanteurs en quête de plancher d’hôte.
Au passage une pensée amicale pour le Lounge-Bar à la Bastille, qui héberge les rencontres café-philo animée par le volubile, entraînant et très structuré Yves Chevalier. Le patron prête son étage sans majoration de consommation. On peut aussi citer la populaire Martine Demaret qui diffuse sa voix belle de bastringue dans la fumée grise des petits zincs de quartier.

Ainsi il va de soi que le flair averti et affiné du camarade auteur-comédien-chanteur-metteur en scène-dramaturge-complètement polyvalent et compétent, de Marc-Michel Georges s’est éveillé. Ces oreilles se sont dressées et il est allé voir ce qui se passe dans un quartier qui commence à flairer bon la librairie, la boutique et la parole facile. Vous avez reconnu ! Le quartier du 11° et sa longue rue Jean-Pierre Timbaud, sorte de nouveau passage piétons pour la tête, fleuri de restaurants à la frite élégante mais populaire. Donc le Marc-Michel Georges, le même déjà cité dans les lignes précédentes, va dire bonjour aux patrons du bistrot « L’ogre à plumes », situé au 49 et 51 de la rue qui bouge.

Ce café a déjà un passé, il a déjà tissé une toile culturelle autour de lui depuis quelques temps. Si vous voulez plus de détails, il suffit de consulter leur site www.logreaplumes.com et vous aurez le détails de toutes leurs activités passées présentes et à venir. Cet espace polyvalent est une véritable ruche culturelle, ludique et voire même pédagogique ( réhabilitation des espaces maudits, exemple de dialogues entre enfants et parents : - Ou vas-tu ? – Je suis au bistrot ! - Au bistrot ? – Oui je m’en vas écouter de la poésie ! ) On y trouve une restauration excellente à prix modéré, une cave ( Tiens ! on n’a qu’à dire qu’elle est voûtée !) aménagée en petite salle de spectacle et aussi en haut dans le bar, la possibilité d’acquérir des livres. Donc le MMG ( à prononcer à la Dallas ) le rapide de la gâchette à projets, présente une proposition bâtie autour des auteurs contemporains ( condition nécessaire pour participer : ne pas être mort.)

Alors on se voit tous les derniers lundi du mois. Le principe est simple (Un auteur de théâtre est capable de comprendre s’il a une notice pour la soirée). Donc quatre auteurs vont écrire sous l’état d’urgence : Marie-Do Fréval, Catherine Tullat, Gérard Levoyer et Patrick Lunant. Ils disposent de 10 minutes pour livrer une écriture induite par quelques mots seulement proposés par le public ou le maître de cérémonie. Mais alors, pendant que les auteurs sont en train d’écrire qu’est-ce qui se passe ! On regarde la télé ? Non ! Il y a un lâcher de comédiens ! Certains ont déjà le pied à l’étrier et piaffent d’impatience ! Toutes les occasions sont bonnes pour jouer ! Lundi dernier il y avait également des chanteuses : Muriel Erre, Martine Demaret, Christine Schaller. Un talent fou ! Pourquoi ces gens-là restent-ils dans l’ombre ? Parce qu’ils n’ont pas pu acheter une part de soleil !!!
Alors les comédiens et les chanteuses font patienter le public et bientôt les auteurs reviennent pour lire leur production. Il y a une belle unité de qualité, on flaire l’expérience et la facilité car ce sont tous des auteurs chevronnés. A la limite on est peu surpris mais le concept et les productions sont intéressants, la soirée est fine et de qualité. Mais chacun sait que tout ceci est diablement fragile ! Même si on plaisante avec les comédiens-pression, les auteurs à la carte, les spectateurs-citron, les théâtres qui se ferment et les autres qui s’ouvrent, il faudra toujours quelque part payer l’addition.

En attendant la note la prochaine rencontre au café « L’Ogre à Plumes » aura lieu le lundi 26 Mars à 21 h au 49 et 51 rue Jean-Pierre Timbaud Paris 11°

Avec les auteurs : Jean-Michel Baudouin, Thierry Delbroux, Garance Hayat et …. ? ( Mystère…) et les chanteuses : Nathalie Wery et peut-être Céline Caussimon….

Renseignement et réservation obligatoire 06 82 38 63 51 ou ecrirendirect aol.com
Entrée : 5€ et un petit objet par spectateur.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.