Accueil > Ca le désordre

Critiques / Théâtre

Ca le désordre

par Jacky Viallon

L’humour au bien heureux service de la philosophie

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce spectacle de Michel et Odile Massé, de la compagnie 4 litres 12, fonctionne sur le mode de l’étonnement. Un metteur en scène assez étonnant, s’étonne que ses comédiens en répétition s’étonnent de leur incapacité à entrer en scène ! On nous donne d’emblée les clés de cet absurde qu’il va bien falloir accepter durant une heure et demie. Ce n’est pas de trop pour refaire le monde. Tout au moins, y faire du rangement et remettre les choses dans l’ordre. Les personnages se trouvent ainsi confrontés à des concepts ou à des évidences sans véritable logique. Vont-ils alors tenter, avec leur fantaisie inadaptée, d’en suggérer une ? En fait le spectacle évolue sur deux plans que les compères essayent de superposer, à l’aide de maladresses hilarantes. D’abord, une répétition de théâtre, dont le metteur en scène fait face à des êtres qui n’entrent absolument pas dans son univers. Par ailleurs, une autre action qui pourrait être celle de la pièce qu’ils répètent. Le sujet serait plus ou moins le désir de « ranger » le monde à la raison. Vaste programme !
Nous allons donc d’étonnements en étonnements. Le spectateur cloué d’hilarité sur son siège regarde les personnages se débattre pour tenter de mettre en application une logique de plus en plus absurde et aberrante.

Des passeurs de sensibilité et d’histoires

Les acteurs s’attaquent métaphoriquement à remettre de l’ordre dans le monde en déplaçant désespérément les éléments du décor. Dans cet heureux fatras d’absurdités on finirait bien par être convaincus, puis entraînés par cette logique d’une implacable dérision. Et nous sommes transportés vers des déductions de plus en plus folles. De spectateurs raisonnables que nous étions, nous pourrions bien en sortir avec quelques traces dévergondées dans la tête. En tout cas, on puise dans ce spectacle une sorte d’énergie qui nous permet d’aborder avec lucidité et esprit de combat les absurdités idiotes et parfois cruelles de notre réalité. Les comédiens sont ici des passeurs de sensibilité et d’histoires. Chaque geste, expression ou attitude est d’une justesse confondante. La densité de leur jeu est telle qu’il nous semble entendre du texte là où il n‘existe pas. On croit percevoir des mots comme dans les silences de Kantor. On perçoit tout simplement un grand moment de bonheur, une prise de conscience poétique et philosophique et surtout on s’amuse sans honte grâce à ce grand consensus d’intelligence.

Ça le désordre, de et mis en scène par Michel et Odile Massé. Compagnie 4 litres 12. Avec : Michel Massé, Odile Massé, Mawen Noury, Aline Stinus, Cédric Weber. Jusqu’au 4 juin 2005, mardi à samedi 21h et dimanche à 15h30. Théâtre du Rond Point. Réservations : 01 44 95 98 21.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.