Accueil > C’t’à ton tour, Laura Cadieux ! de Michel Tremblay

Critiques / Théâtre

C’t’à ton tour, Laura Cadieux ! de Michel Tremblay

par Gilles Costaz

La comédie de la vie

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Michel Tremblay est le plus grand écrivain de théâtre du Québec mais la France ne lui donne pas toujours sa juste place (il n’en est pas moins, aussi, un romancier qui a son public des deux côtés de l’Atlantique). Il fait l’objet, cependant, de beaucoup de spectacles à Paris et ailleurs. Christian Bordeleau, Québécois de Paris, est l’un des metteurs en scène qui le montent avec le plus de pertinence. Après A toi pour toujours ta Marie-Lou (un grand succès), il passe à un autre registre de Temblay, la veine drolatique. D’ailleurs, ce n’est pas exactement un texte de théâtre. Bordeleau a adapté un récit qui a la forme d’un monologue. Une femme, Laura Cadieux, raconte juste un moment de sa journée. Avec son petit garçon, elle se rend chez le médecin. Elle est trop grosse, elle veut mincir. Donc elle prend le métro à Montréal. C’est toute une affaire pour elle que de marcher dans les couloirs du métro et de prendre la bonne station ! Mais, une fois, dans la salle d’attente du médecin, quel plaisir ! On attend des heures et on peut parler avec les autres patients, des femmes surtout – mais pas avec les religieuses qui attendent aussi leur tour mais sont si pimbêches. Ton tour viendra, Laura Cadieux…
C’est sans conteste l’un des solos les plus drôles qu’on puisse voir actuellement. Il y a là toute la saveur du langage de Tremblay, l’auteur qui sait faire parler les petites gens de Montréal et ajoute ses trouvailles aux singularités du « joual », et tout son amour pour les gens du bas de l’échelle, à l’optimisme invincible. Et il y a la réussite d’un spectacle fort bien mené par Bourdeleau et admirablement joué par Cécile Magnet. Cette comédienne, au physique gonflé par un costume de Sylvie Blondeau qui fait d’elle une femme au volume colossal – comiquement colossal ! -, se garde bien d’un style qui serait caricatural. Elle suggère les difficultés de marcher, de porter son poids, quand on est une personne aussi enrobée, mais cette Laura Cadieux n’est jamais ridicule. On aime tous ses ridicules ! Car Cécile Magnet lui donne un formidable allant, un entrain chaleureux, un langage bondissant. C’est tout un tableau des gens humbles qu’elle compose avec la tendresse et la malice d’une actrice fort douée. C’est aussi une image d’une humanité qui reste elle-même tandis que le monde change, qui veut garder son rythme, son art de vivre dans une société bousculée par le modernisme. Que d’amour dans les rires qui nous secouent, dans cette si exacte comédie de la vie !

C’t’à ton tour, Laura Cadieux ! d’après Michel Tremblay, adaptation et mise en scène de Christian Bordeleau, costume de Sylvie Blondeau, avec Cécile Magnet.
Le Lucernaire à 19h du mardi au samedi. (Durée : 1 h 20). 01 45 44 57 34

Photo Christian Bordeleau.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.