Accueil > Alain Bézu et le Rêve de d’Alembert

Critiques / Théâtre

Alain Bézu et le Rêve de d’Alembert

par Marie-Laure Atinault

Le retour au théâtre des Deux Rives à Rouen

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est avec émotion que nous nous rendions à Rouen, le lundi 9 mars pour découvrir le dernier spectacle d’Alain Bézu au théâtre des deux rives. Un retour aux sources pour celui qui créa en 1972 ce théâtre qu’il dirigea pendant 20 ans. Le sympathique David Bobée est l’actuel directeur du Centre Dramatique de Haute Normandie. Il a initié un cycle de Laboratoire et invité Alain Bézu pour ce premier opus.

L’Encyclopédie est au cœur de ce spectacle qui nous permet de nous replonger dans une époque où la soif de connaissance faisait bruisser les salons les plus chics. Les sciences, les mathématiques, la théologie la géographie, la découverte de nouveaux territoires, toutes ces matières donnaient lieu à des échanges passionnés. Denis Diderot est un auteur qu’on ne se lasse pas de découvrir. C’est son talent de traducteur qui l’amena à faire son grand œuvre l’Encyclopédie. Au début de cette aventure, Diderot devait traduire et adapter « Cyclopaedia » de Chambers. Mais bien vite ce penseur intrépide va devenir le Maître d’œuvre de l’Encyclopédie. Sa Rencontre avec un personnage singulier dont le début de vie ressemble à un bon roman populaire va bouleverser la donne. Jean Le Rond D’Alembert est l’enfant naturel de la chanoinesse de Tencin. Il est déposé devant la Chapelle de Saint-Jean-Le-Rond, recueilli par une brave femme. A 23 ans il entre à l’Académie des Sciences. Mathématicien et Philosophe, il rejoint Diderot et rédige pour l’Encyclopédie, le Discours préliminaire, acte de foi dans le progrès humain et véritable programme des Lumières. Après les censures et les attaques portées sur L’Encyclopédie, D’Alembert prend ses distances et devient prudent. Diderot se venge en écrivant Le Rêve de D’Alembert en 1769. Diderot fait intervenir un philosophe, un géomètre, un docteur et une femme. La femme n’est autre que Julie de Lespinasse. Femme de lettre qui doit sa première reconnaissance à Madame du Deffant qui en avait fait sa dame de compagnie. Mais très vite, et la jeunesse et l’esprit de mademoiselle de Lespinasse firent de l’ombre et Julie ouvrit son propre salon. Elle fut courtisée par Diderot et devint la maîtresse de D’Alembert. Diderot, malicieusement, se sert de Julie comme d’un contre point entre le Docteur et le mathématicien. Alain Bézu a conservé la structure du livre. Le Rêve de D’Alembert est constitué de trois dialogues, étourdissants d’une érudition joyeuse et profonde. On y retrouve la Philosophie de Diderot, son esprit ouvert et sa dialectique piquante. Pour la distribution, nous retrouvons des piliers des années Bézu au théâtre des deux rives, Olivier Saladin, Luce Mouchel et Vincent Berger. Olivier Saladin compose un malicieux D’Alembert et sa première apparition dans la salle balaie les réticences de ceux qui pensait assister à un colloque de vielles barbes !! Luce Mouchel une Julie pleine d’esprit. Vincent Berger donne à Diderot un profil de statue de philosophe grec et le bon docteur et docte philosophe est joué par Hervé Boudin qui signe l’adaptation avec Alain Bézu pour qui Diderot fut toujours une source d’inspiration. Le tout est bien tempéré par le clavecin de Philippe Davenet. La beauté de la langue, la finesse de la mise en scène d’Alain Bézu, autant de raison d’aller à Rouen.

Le Rêve de d’Alembert
D’après Denis Diderot
Adaptation Alain Bézu et Hervé Boudin
Mise en scène Alain Bézu
Avec Luce Mouchel, Vincent Berger, Olivier Saladin, Hervé Boudin
Au clavecin Philippe Davenet
Théâtre des deux rives/ Centre Dramatique de Haute Normandie
48 rue Louis Ricard 76000 Rouen
Du 10 au samedi 14 Mars 2015

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.