Accueil > Intérieur de Maurice Maeterlinck

Critiques / Théâtre

Intérieur de Maurice Maeterlinck

par Jean Chollet

Variations sur la mort

Partager l'article :

Ecrite à l’origine en 1834 “pour marionnettes ”, cette pièce de Maurice Maeterlinck (1862-1949) compte parmi les œuvres majeures de l’auteur belge d’expression française, aux côtés de Pelléas et Mélisande, Les Aveugles, L’Oiseau bleu, ou La Mort de Tintagiles qui témoignent d’un refus du naturalisme en influençant la dramaturgie du XXème siècle. Son histoire simple, sans rebondissements imprévus, tient dans le cheminement tragique au quotidien, d’un vieil homme chargé d’annoncer le décès d’une jeune fille retrouvée morte noyée par un étranger, qui l’accompagne pour annoncer la terrible nouvelle à sa famille. Pesant la difficulté de leur mission, ils tentent de retarder son échéance en observant, la nuit tombée, la maison familiale et ses occupants, avant l’arrivée du corps de la défunte, porté par des paysans du voisinage. De cette relation extérieur/intérieur, naît une troublante perception du constat de la condition humaine, entre la vie et la mort.
Dans la présentation de cette nouvelle création, Nâzim Boudjenah, metteur en scène et comédien, pensionnaire de la Comédie – Française depuis 2012, fait judicieusement référence à Claude Régy, auteur d’une seconde version écourtée (comme celle –ci) , pénétrante et bouleversante en 2014, avec des comédiens japonais. Dans une relation marquée avec le théâtre no, dont la forme et le style sont particulièrement en mesure de développer émotions et atmosphères. Mais le souhait annoncé par Nâzim Boudjenah, de lire “Intérieur à la lumière de l’âme japonaise ” n’est pas totalement rempli dans l’orientation de sa direction d’acteurs, qui subit d’autre influences théâtrales, dont les choix, parfois déstabilisants, altèrent la cohérence des interprétations de Thierry Hancisse (Le Vieillard), Pierre Hancisse (l’Etranger) et des deux sœurs, Anne Kessler (lumineuse Marthe),) et Anna Cervinka (Marie). S’ ils parviennent à faire entendre ce texte poétique magnifique et complexe, sa relation sensorielle est surtout perçue par le climat obtenu dans la composition scénique conçue par Marc Lainé, avec les créations graphiques de Stephan Zimmerti, les fines animations vidéo de la maison familiale et des méandres chatoyants de la rivière proche, de Richard Le Bihan, sous les lumières de Thomas Veyssière, dont les ponctuations contribuent à l’articulation et aux apparitions de cette représentation.

Une exposition de dessins et maquettes préparatoires de Stéphane Zimmerti pour ce spectacle, sont présentés au Studio – Théâtre durant la durée des représentations.

Photo Simon Gosselin/ Collection Comédie-Française

Intérieur de Maurice Maeterlinck, mise en scène Nâzim Boudjenah, avec Thierry Hancisse, Anne Kessler, Pierre Hancisse, Anna Cervinka. Scénographie Marc Lainé, lumières Thomas Veyssiere, animation vidéo Richard Le Bihan, création graphique Stephan Zimmerti, musiques originales, Brune le Bris. Durée 1 heure 10.

Studio – Théâtre de la Comédie – Française jusqu’au 5 mars 2017.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.