« FRANKIE » de Olivier Ducray et Stéphane Hausauer

« Sensibilité sans sensiblerie »

« FRANKIE » de Olivier Ducray et Stéphane Hausauer

Face à l’académisme journalistique coutumier, il serait de bon ton de commencer l’analyse de ce spectacle par le contenu de l’histoire, mais concernant la pièce de « FRANKIE », il s’agit plus de l’audace d’un comédien lequel, malgré une stature imposante, a la sobriété d’intérioriser toute la sensibilité qui se dégage de ce texte. Il s’autorise par une sérieuse technique très travaillée à nous présenter des ambiances qui pourraient probablement, avec une autre personnalité, paraître mièvres et insipides.

Ainsi, la première scène nous présente-t-elle un animateur de radio libre qui occupe la bande passante de minuit à quatre heures du matin à Montluçon. Consolateur nocturne, il est l’écoute des chagrins.
Mine de rien, ce petit prologue nous donne déjà toutes les clés de la solitude qui va poursuivre et phagocyter le personnage dans sa lente descente aux abîmes.

Par la subtilité du jeu de cet habile passeur qu’est Stéphane Le personnage, alors totalement crédible dans son partage intérieur, nous éloigne de toute la mièvrerie qui pourrait s’installer dans notre perception première, c’est-à-dire qu’au niveau de l’histoire, nous nous apercevons que le dit personnage comble son extrême solitude en s’inventant des supports et des éléments de transfert affectifs, qu’il ne nous appartient pas, à l’instant, de livrer au spectateur.

Au-delà de la trame qui, pour certains esprits, pourrait paraître désuète, le spectateur doit sans doute accepter inconsciemment d’entendre le témoignage de toute une sensibilité qu’il s’interdit de libérer depuis longtemps.

Cette jonglerie va au-delà de l’histoire même et elle nous convoque devant une sorte d’interdit que la société actuelle ne veut probablement plus entendre

Il est évidemment qu’il y a un réel travail d’équipe et que le metteur en scène Olivier Ducray et ses « complices » ont dû travailler sur une dramaturgie assez serrée pour ne pas tomber dans le piège d’une complaisance affective.
Merci de cette ponctuation au milieu du festival.

Théâtre les Ateliers d’Amphoux Tous les jours à 18h3O. Durée 1h.
« FRANKIE » de Olivier Ducray et Stéphane Hausauer, mise en scène : Olivier Ducray, interpréte : Stéphane Hausauer.

Contact : 06 15 91 40 54

Par Jacky Viallon

A propos de l'auteur
Jacky Viallon
Jacky Viallon

Jacky Viallon aurait voulu être romancier à la mode, professeur de lettres ( influencé par les petites nouilles en forme de lettres qu’on lui donnait tout petit dans sa soupe et qu’il taquinait avec sa grande cuillère en argent symbole d’une grande...

Voir la fiche complète de l'auteur

2 Messages

  • « FRANKIE » de Olivier Ducray et Stéphane Hausauer 17 juillet 2011 16:32, par mimi

    la pièce nous fait découvrir Frankie par petites touches et à la fin nous avons une clé pour comprendre ce personnage si seul en scène, un grand bravo pour Stéphane H et toute l’équipe

    Répondre au message

  • « FRANKIE » de Olivier Ducray et Stéphane Hausauer 19 juillet 2011 15:24, par deejod

    Pièce étonnante et inclassable. on rigole parfois (mais faut oser) et au final on ne peut être que touché. Bravo

    Répondre au message

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook