Accueil > 20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne

Critiques /

20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne

par Gilles Costaz

Des poissons et des hommes

Partager l'article :

La Comédie-Française d’Eric Ruf s’amuse, artisanalement, sérieusement, méticuleusement. C’est d’ailleurs Ruf lui-même qui a dessiné l’intérieur du sous-marin Nautilus à l’intérieur duquel se passe, comme chacun sait, l’action de 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne. Au fond, une vitre derrière laquelle vit l’océan avec des poissons et les animaux des profondeurs. Sur les côtés, la bibliothèque du capitaine Nemo, des objets techniques et un ascenseur qui dessert les deux étages du navire. C’est là que se rencontrent, s’observent s’opposent, discutent ce fou de Nemo et les savants qu’il a enfermés dans le Nautilus. Accompliront-ils les 20 000 lieues prévues alors que Nemo s’enfonce dans sa démence, que son second est réduit à une condition d’esclave, que le navire peut heurter des récifs et que certains animaux des mers sont assez surdimensionnés pour attaquer cette machine insubmersible ?
A vrai dire, l’adaptation s’appuie peu sur le suspens. C’est plutôt sur l’étrangeté, le climat romanesque, l’effet de surprise, une esthétique d’estampes, le contraste des présences humaines et le jaillissement des gags que repose le spectacle de Christian Hecq et Valérie Lesort. Ils font autre chose que ce que faisaient les illustrations d’Hetzel. Ils proposent une autre vision, moins graphique, très mobile et plus joyeuse. Les acteurs assument un double rôle : ils jouent leur personnage et, derrière la vitre, invisibles, animent les magnifiques marionnettes de Carole Allemand et Valérie Lesort. A voir le nombre de poissons, de crustacés et d’invertébrés qui surgissent en fond de scène, ils ne chôment pas. Un vrai parcours du combattant ! En Nemo, Christian Hecq ne cherche pas à être comique : il est parfaitement mystérieux et inquiétant. En professeur Aronnax, Nicolas Lormeau a joliment la gravité imperturbable des savants de roman. Christian Gonon, Louis Arène, Jérémy Lopez et Elliot Jenicot (dans un impayable numéro d’homme primitif) créent chacun de belles identités. Tout spectateur renoue là avec son esprit d’enfance. Sauf peut-être les enfants qui sont sans doute passés à d’autres univers, mais comment résister aux harpons de Hecq et Lesort plongés dans l’océan Jules Verne ?

20 000 lieues sous les mers d’après Jules Verne, adaptation et mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort, scénographie et costumes d’Eric Ruf, luières de Pascal Laajili, son de Dominique Bataille, marionnettes de Carole Allemand et Valérie Lesort, avec Christian Gonon, Christian Hecq, Nicolas Lormeau, Jérémy Lopez, Elliot Jennicot, Louis Arène et la voix off de Cécile Brune.

Vieux-Colombier, tél. : 01 44 39 87 00 et 01, jusqu’au 8 novembre. (Durée : 1 h 35).

Photo Brigitte Enguérand, collection Comédie-Française.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.